Le salaire des élus pourrait être revu en 2016

Pendant que certains élus sherbrookois critiquent l'importance de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Pendant que certains élus sherbrookois critiquent l'importance de la masse salariale de la Ville de Sherbrooke, la révision du salaire des élus se fait toujours attendre.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pendant que certains élus sherbrookois critiquent l'importance de la masse salariale de la Ville de Sherbrooke, la révision du salaire des élus se fait toujours attendre. Elle pourrait toutefois survenir en 2016.

Le souhait du maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, qui a présidé un comité sur le sujet à l'Union des municipalités du Québec, est d'aligner les recommandations et les conditions salariales sur celles des élus provinciaux.

Rappelons que deux projets de loi ont été déposés à l'Assemblée nationale le 12 novembre et qu'ils reprenaient les conclusions du comité indépendant présidé par l'ex-juge Claire l'Heureux-Dubé. Le rapport recommandait de hausser le salaire des élus, mais de faire en sorte qu'ils contribuent davantage à leur régime de retraite. Il recommandait aussi l'abolition des primes de transition.

« Depuis une dizaine d'années, l'augmentation moyenne du salaire des élus est d'un peu plus de un pour cent par année. C'est décrété par le gouvernement du Québec année après année. Dans les huit dernières années, je crois que ça donne 1,13 % », rapporte Bernard Sévigny.

À Sherbrooke, la masse salariale consacrée aux élus s'élève à 1 858 500 $.

« Il y a un projet de loi qui a été déposé pour les élus provinciaux, avec une réorganisation des régimes de retraite. Je vais travailler après les Fêtes, avec le ministre [des Affaires municipales, Pierre] Moreau, un projet qui va permettre d'aligner les conditions des élus municipaux à celles des élus de l'Assemblée nationale. Nous pourrons les piloter de façon parallèle. Si le dossier provincial doit se régler dans la prochaine session parlementaire, nous souhaitons que notre dossier se règle au même moment. »

M. Sévigny rapporte que les Villes souhaiteraient pouvoir fixer leurs conditions salariales. « C'est ça être un gouvernement autonome. »

Un budget réaliste selon la Chambre de commerce

La Chambre de commerce de Sherbrooke (CCS) a qualifié le budget adopté par la Ville de Sherbrooke de réaliste, mais se dit préoccupée par la dette.

Dans un communiqué publié en soirée lundi, la CCS convient qu'une hausse de taxes n'est jamais agréable. « Il aurait été mal avisé de tenter d'absorber ces réductions de revenus, indépendantes du contrôle des élus sherbrookois en éliminant radicalement les investissements nécessaires pour assurer le développement économique et commercial » a commenté le président de la CCS, Bruno Lavoie.

Selon le communiqué, les investissements auront un impact positif sur la qualité de vie en plus de générer de l'activité économique.

« Si la Ville avait pu compter sur les sommes amputées par Québec, la hausse des taxes aurait été de moins de 1 % », ajoute M. Lavoie, pour qui il s'agit d'un signe de rigueur de la gestion municipale.

La CCS estime par ailleurs qu'il devient « primordial de contrôler la progression des masses salariales des employés municipaux ainsi que l'impact des déficits de leur régime de retraite sur l'endettement de la ville. Les dirigeants municipaux doivent absolument pouvoir profiter des outils promis par Québec ».

« Il est temps que ces politiques livrent leurs promesses. Cela fait plus de dix ans que nous en parlons et cette année encore le budget prévoit 11,5 M$ pour rembourser les emprunts aux déficits des caisses de retraite » indique le président de la CCS.

Enfin, l'organisation s'inquiète du ratio dette/revenus « qui s'approche dangereusement du seuil critique alors que les frais de financement occupent une trop large part du budget municipal ».

Partager

À lire aussi

  • Un budget frustrant

    Sherbrooke

    Un budget frustrant

    Les élus municipaux sherbrookois démontraient bien peu d'enthousiasme à adopter un budget qui comportait une hausse de taxes de 4,77 % lundi. Si... »

  • Un effort de 665 050 $ pour l'aéroport

    Sherbrooke

    Un effort de 665 050 $ pour l'aéroport

    La Ville de Sherbrooke poursuit dans la lignée de la campagne Entreprendre Sherbrooke et investit de manière à soutenir les entrepreneurs et la... »

  • Compte de taxes : un bond de 4,77%

    Sherbrooke

    Compte de taxes : un bond de 4,77%

    Les propriétaires d'immeubles résidentiels essuieront une hausse de taxes moyenne de 4,77 % en 2016 à la suite de l'adoption du budget municipal lors... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer