La Ville perd un directeur général adjoint

La Ville de Sherbrooke perd un ténor de sa stratégie d'optimisation des... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke perd un ténor de sa stratégie d'optimisation des ressources avec le départ de Gaétan Drouin. Celui qui était directeur général adjoint - optimisation et sécurité publique depuis 2014 retourne à ses précédentes amours alors qu'il occupera le poste de directeur du Service de la sécurité incendie de Lévis.

Il avait occupé un poste semblable à Sherbrooke entre 2008 et 2014.

M. Drouin, qui a piloté le dossier du schéma de couverture de risques en sécurité incendie et qui avait été le coordonnateur des mesures d'urgence à Lac-Mégantic pendant la tragédie de l'été 2013, occupera ses nouvelles fonctions à partir du 1er février 2016. Il a signé un contrat de sept ans.

C'est avec un grand pincement au coeur, concède-t-il, qu'il quittera une ville et une région qu'il a beaucoup aimées. « Ma flamme de l'incendie n'était pas éteinte, au grand désarroi de mon patron Yves Vermette. J'ai toujours eu le coeur un peu gros quand on parlait d'incendies et je me suis dit que je n'avais peut-être pas terminé mon travail dans le domaine. Le sentiment d'être près des citoyens me manque. »

«Ma dernière année et demie au service des incendies s'est déroulée dans le tumulte.»

Gaétan Drouin

Gaétan Drouin aimait malgré tout ses nouvelles fonctions de directeur général adjoint (dga), mais l'appel du terrain aura été plus fort. « Ma dernière année et demie au service des incendies s'est déroulée dans le tumulte. Il y a eu l'incendie chez Neptune, Lac-Mégantic et la crise du verglas de décembre 2013. Je n'ai peut-être pas eu le temps de prendre le recul quand on m'a proposé le poste de directeur général adjoint. C'était très flatteur. C'était un défi et je me suis fait prendre au jeu parce que j'ai aimé ça. »

Son départ n'a donc rien à voir avec ses relations de travail à la Ville de Sherbrooke. « J'avais une complicité hors du commun avec Yves Vermette et j'ai toujours senti une grande confiance de mes patrons. Je ne peux pas partir sans souligner tout le travail des pompiers de Sherbrooke. C'est dans la tempête qu'on reconnaît les bonnes équipes. Rappelez-vous de l'incendie de la caserne de Rock Forest, en pleine crise du verglas. En une semaine, on avait rétabli une caserne. Tout mon deuil est là : quitter une belle organisation. »

M. Drouin a choisi de ne pas revenir à son poste de directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), un poste qui a été comblé officiellement au début de décembre.

« Dans ma période de probation comme dga, j'avais la possibilité de retourner au SPCIS, mais j'ai réalisé que j'avais fait le tour à Sherbrooke. J'ai été le premier chef provenant de l'extérieur à être embauché ici et c'est une grande fierté de voir quelqu'un comme Stéphane Simoneau, qui a été lieutenant et qui a gravi les échelons, prendre la relève. C'est un service qui est en pleine santé. »

En choisissant Lévis, l'homme de 48 ans retourne dans sa région natale. Il avait d'ailleurs commencé sa carrière à Sainte-Foy. « Lévis et Sherbrooke ont des services incendie qui se ressemblent étrangement. C'est une ville qui est en grand développement. Avant 2002, ils avaient des pompiers à temps partiel. C'est un défi qui m'intéresse grandement. »

Avant de partir, Gaétan Drouin a fait ses recommandations au directeur général quant à sa ou son remplaçant potentiel. Si le poste devait être pourvu, M. Drouin estime que la Ville dispose de toute la compétence nécessaire à l'interne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer