La communauté vietnamienne amasse 5500$ les réfugiés syriens

La communauté vietnamienne de Sherbrooke comprend trop bien les défis qui... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) La communauté vietnamienne de Sherbrooke comprend trop bien les défis qui attendent les réfugiés syriens qui arriveront dans la région au cours des prochaines semaines.

Elle a donc voulu les aider en tenant un dîner-bénéfice, où son propre passé de réfugié a été rappelé pour inciter les Sherbrookois à tendre la main.

« Comme ex-réfugiés, nous savons que les nouveaux arrivants réfugiés vont avoir beaucoup d'obstacles à surmonter pour se rebâtir une vie quotidienne », a témoigné le président de l'Association des Vietnamiens de Sherbrooke (AVS) Van Nha Tran.

«C'est la nostalgie, la langue, le mode de vie, la mentalité, la religion, la nature, et particulièrement l'emploi... Ils ont besoin d'aide physiquement, matériellement et surtout psychologiquement pour sentir qu'ils ont enfin trouvé leur terre promise. »

« Ensemble, a invité M. Tran, nous devons être prêts à accueillir nos nouveaux amis, nos nouveaux voisins, les nouveaux membres de la ville qui viennent de passer de la grande misère, à cause de la guerre, de la discrimination, de la persécution, des noyades, de la famine et des maladies pendant leur parcours, à la sécurité et à la liberté. »

Grâce à cette activité, à laquelle ont pris part quelque 150 personnes, l'AVS a récolté 5500 $ qui seront remis au Service d'aide aux Néo-Canadiens, qui prépare l'accueil à Sherbrooke des réfugiés syriens parrainés par le gouvernement fédéral. Mgr Luc Cyr assumait la présidence d'honneur de l'événement.

Des élèves du Collège du Sacré-Coeur ont de leur côté décidé de donner un coup de main aux réfugiés en organisant une collecte de vêtements et d'articles nécessaires à la vie quotidienne. C'est une étudiante de deuxième secondaire, Michaëlle Dufour, qui a décidé d'agir à la suite d'une discussion en classe sur la réalité vécue par les Syriens, raconte l'enseignant Hugues Gendron.

La jeune fille a demandé la collaboration de l'Expresso, le café étudiant de l'école dont elle est une des gestionnaires. La responsable du projet a effectué diverses démarches, notamment auprès de l'église St-Ephrem, de la ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau, d'Estrie Aide et de la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie afin de connaître les besoins des réfugiés et de redistribuer ce qui a été amassé. Le point de chute est la coopérative L'Expresso, au Collège. La collecte se termine avant le congé des Fêtes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer