La Ville adapte le prix de ses terrains industriels

Dans le but d'attirer plus d'entreprises à Sherbrooke,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Dans le but d'attirer plus d'entreprises à Sherbrooke, la Ville a décidé d'ajuster le prix de ses terrains industriels à la baisse.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke a confirmé une mesure qui avait été rendue publique lors de la semaine Entreprendre Sherbrooke en ajustant le prix de ses terrains industriels. Les prix des terrains seront plus bas et on leur ajoutera des frais fixes pour les travaux permanents, des frais autrefois variables qu'on mettait trop de temps à calculer dans le passé et qui risquaient faire fuir des clients potentiels.

Dans sa proposition, Sherbrooke Innopole recommandait de « modifier la politique des prix de vente des terrains industriels publics et les modalités de taxation des travaux permanents en chargeant un prix de vente standard unique selon la superficie des lots et selon l'affectation des entreprises ».

« Nous proposons une nouvelle politique pour inclure le prix des travaux permanents dans le prix des terrains industriels. Actuellement, nous avons des tarifs qui varient de 0,50 $ à 0,75 $ [du pied carré], plus les travaux permanents. Ce que ça engendre, c'est que la plupart du temps, les entrepreneurs doivent attendre le coût des travaux permanents avant de prendre une décision. On peut attendre plusieurs mois avant d'avoir le coût. Les entrepreneurs, eux, ont besoin de savoir. Là, nous serons plus efficaces et plus rapides », raconte la directrice générale de Sherbrooke Innopole, Josée Fortin.

« Des huit autres villes avec lesquelles nous nous sommes comparés, le coût des terrains est plus cher à Sherbrooke qu'ailleurs. Ensuite, en matière de délais, à partir du moment où il y a une demande d'achat d'un terrain dans le parc industriel, nos services évaluent combien ça coûtera en travaux permanents. Ça prend plusieurs semaines avant de donner un prix final. La nouvelle politique, c'est que ça coûte tant du pied carré et que vous pouvez nous faire le chèque demain matin. Les travaux permanents sont inclus. Ça coûtera un peu plus cher à la Ville de Sherbrooke, qui assumera la différence si nécessaire, mais en même temps, on perd des entreprises parce qu'elles sont à bout de patience. Comme ça, nous n'en échapperons pas », fait valoir le maire Bernard Sévigny.

« La Ville absorbe la charge, mais la rentabilise dans le temps. L'objectif c'est d'avoir le plus d'entreprises possible », ajoute-t-il.

En réalité, le coût des terrains sera de 1 $ du pied carré pour les filières-clés comme les industries manufacturières, les technologies de l'information et des communications, les sciences de la vie, les technologies propres et les micronanotechnologies. Il variera de 2 à 2,50 $ pour les autres industries. « Nous avons trois prix selon nos filières-clés. Ça ne coûtera pas beaucoup plus cher à la Ville que ce que nous avons actuellement, mais ce sera plus avantageux pour les entrepreneurs. Ça faisait longtemps qu'on poussait pour faire ça. Nous pourrons maintenant harmoniser chacun des parcs industriels », dit Mme Fortin.

Selon la directrice de Sherbrooke Innopole, Sherbrooke n'offrira pas les prix les plus bas, mais elle se classera beaucoup mieux par rapport aux autres villes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer