Rue Chauveau : Des citoyens manifestent leur inquiétude

Évelyne Beaudin, présidente du comité des citoyens du... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Évelyne Beaudin, présidente du comité des citoyens du parc Chauveau, a rappelé que les citoyens qu'elle représente s'opposent au raccordement des deux rues parce qu'ils craignent la circulation de transit.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le dossier du prolongement de la rue Chauveau, dans l'arrondissement Jacques-Cartier, a soulevé les passions hier au conseil municipal alors que les citoyens de la rue Martin et de la rue Chauveau ont livré leurs inquiétudes. La Ville s'est engagée à installer des bollards à l'issue de la rue Martin jusqu'à ce que le boulevard René-Lévesque soit complètement aménagé.

Évelyne Beaudin, présidente du comité des citoyens du parc Chauveau, a rappelé que les citoyens qu'elle représente s'opposent au raccordement des deux rues parce qu'ils craignent la circulation de transit.

« En février, le maire avait dit que la prochaine étape était une rencontre avec les citoyens. Cette rencontre n'a jamais eu lieu et on s'apprête à prendre une décision. Nous avons eu notre assemblée générale la semaine dernière et nous sommes toujours inquiets de l'ouverture de la rue Martin. Avant, ces dossiers étaient traités séparément alors qu'aujourd'hui, on dirait que c'est le même dossier », a commenté Mme Beaudin.

« Nous souhaitons que vous organisiez une rencontre entre les différents acteurs concernés et qu'il ne soit écrit nulle part que la rue Martin sera ouverte sur la rue Chauveau même après l'ouverture du boulevard René-Lévesque. »

Le maire Bernard Sévigny a rétorqué que le dossier est à l'étude depuis 14 ans. « Nous avons dit que la rue Martin ne déboucherait pas tant que le boulevard René-Lévesque ne serait pas complété, du boulevard Industriel au boulevard Bourque. Il y aura des bollards qui permettront le passage de véhicules d'urgence, de déneigement et de collecte de déchets. Notre orientation, c'est que le jour où les bollards seront enlevés, il y aura une étude de circulation et des mesures de mitigation seront prévues le cas échéant. »

Consultation

À ce moment, lors de l'étude de circulation, les citoyens seront consultés.

Sylvie St-Pierre, résidante de la rue Martin, déplorait n'avoir jamais été consultée. « Et nous sommes les plus impactés! En quelques jours, nous avons recueilli 47 noms sur une pétition pour dire que nous sommes contre le prolongement de la rue Martin. Il entraînerait de la circulation de transit importante. »

Mme St-Pierre souhaiterait que la consultation citoyenne survienne avant que les bollards soient retirés.

« On ne peut pas présumer des effets de la nouvelle configuration, a répondu Bernard Sévigny. Si on met 40 000 $ de fonds publics pour installer des bollards, c'est parce que nous respectons notre engagement de garder la rue fermée. »

« Je ne peux pas vous dire ce soir que la rue Martin n'ouvrira jamais, mais je travaillerai avec vous pour que tout se fasse de façon sécuritaire », a mentionné le conseiller Pierre Tardif.

« Je me réjouis, ne serait-ce que pour régler la problématique de l'écoulement des eaux sur la rue Martin. Il y a une question de congestion sur le boulevard Bourque et on m'a assurée que les feux au coin Bourque et Mi-Vallon seraient changés pour améliorer la fluidité en soirée cet automne. Quand la circulation sur Bourque sera améliorée, celle sur Sainte-Bernadette et Martin le sera aussi. C'est tout un secteur qui serait gagnant », a ajouté Annie Godbout.

Le conseiller Marc Denault a inscrit sa dissidence, lui qui avait proposé un amendement pour ajouter une consultation avant de retirer les bollards. L'amendement n'a pas été retenu.

Annie Godbout en a profité pour espérer que la rue Molière soit complètement ouverte pour limiter la pression sur les rues Chauveau et Martin.

Le maire Sévigny a convenu que toutes les entraves devront être levées au moment de procéder à l'étude de circulation. Les restrictions de circulation sur la rue Molière devraient donc tomber en même temps que l'inauguration complète du boulevard René-Lévesque.

Rappelons que la rue Chauveau sera prolongée jusqu'aux rues Taschereau et Jean-Jacques-Lafontaine. L'extension permettra la construction de 19 résidences unifamiliales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer