Mission accomplie pour la Fondation du CHUS

La chanteuse Gaële a reporté un voyage en... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

La chanteuse Gaële a reporté un voyage en Europe afin d'être présente à la soirée et d'avoir l'occasion d'être accompagnée par le choeur du campus de l'Université de Sherbrooke.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Le mois de novembre rime depuis quelques années avec le cancer de la prostate. Cette maladie masculine jouit d'une campagne de sensibilisation de plus en plus importante et grâce aux fonds amassés par la soirée Au coeur de la vie au profit de la Fondation du CHUS, elle pourrait maintenant être traitée à partir de technologies de pointe à Sherbrooke.

Les lignes téléphoniques étaient remplies durant les deux... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Les lignes téléphoniques étaient remplies durant les deux heures de la soirée Au coeur de la vie. L'urologue Michel Carmel, du CHUS, a mis la main à la pâte pour recevoir les dons du grand public.

Imacom, Maxime Picard

Le Dr Claudio Jeldres, urologue au CHUS.... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.1

Agrandir

Le Dr Claudio Jeldres, urologue au CHUS.

Imacom, Maxime Picard

Vers 21 h vendredi soir, le montant final est apparu. Cette année, 6 278 949 $ seront remis à la Fondation du CHUS après la soirée Au coeur de la vie comparativement aux 6 122 547 $ amassés l'an dernier. Une légère hausse et un objectif légèrement dépassé pour cette soirée au cours de laquelle les téléphones n'ont pas dérougi. Les sommes amassées serviront principalement à l'acquisition de nouvelles technologies médicales afin de maintenir à la fine pointe certains équipements dans différentes unités de soin.

Par exemple, 5 M$ ont été réservés pour l'acquisition d'un robot qui permettra des chirurgies robotisées lors de certains cas de cancer de la prostate, souligne Claudio Jeldres, spécialiste en urologie au CHUS.

« J'ai suivi une formation de deux ans aux États-Unis pour être en mesure d'utiliser cette technologie. Plusieurs collègues disposent également du savoir pour l'utiliser, car c'est une technologie qui peut aussi être utilisée dans d'autres départements. Il ne manque plus que l'accord de la direction et le robot », explique-t-il en mentionnant que les données permettent d'affirmer que les cas traités grâce à cette technologie démontrent de meilleurs résultats que les méthodes précédentes.

« Nous sommes le seul centre universitaire qui ne l'a pas encore. Les hôpitaux de Québec l'ont, ceux de Montréal aussi, maintenant c'est notre tour, indique-t-il. C'est important pour nos patients, mais aussi pour demeurer à la fine pointe, pour la formation et pour retenir les spécialistes ici. Le CHUS ne peut pas se permettre de perdre des médecins de cette qualité à mon avis. »

Le cancer de la prostate touche un homme sur huit et est le cancer le plus fréquent chez la gent masculine, mais s'il est détecté rapidement, il s'agit d'un cancer à haut potentiel de survie, résume le Dr Jeldres.

Cancers moins fréquents

Chez les hommes, si le cancer de la prostate est le plus médiatisé, celui des testicules ne doit pas être sous-estimé, surtout parce qu'il frappe régulièrement les jeunes hommes dans la vingtaine et dans la trentaine.

Aucune explication n'a encore été soulevée pour expliquer ce phénomène, entre autres en raison de la rareté de la maladie et, par conséquent, des faibles montants investis dans sa recherche.

« Ce que nous faisons avec le cancer des testicules, nous le faisons déjà très bien, donc personne ne voit pourquoi on investirait davantage pour obtenir le petit plus alors qu'on pourrait investir dans des maladies plus répandues, explique le Dr Jeldres. Sauf que les conséquences à long terme sont importantes et les patients requièrent beaucoup de soutien pour une longue période, c'est donc une maladie très coûteuse. »

Plus de 99 % des personnes atteintes de ce cancer survivront s'il est détecté alors qu'il ne s'est pas propagé ailleurs qu'au testicule, ce qui survient dans 80 % des cas.

Partager

À lire aussi

  • Un peu de soleil du Mexique au CHUS

    Actualités

    Un peu de soleil du Mexique au CHUS

    Un groupe de médecins et de gens d'affaires ont une façon bien singulière d'amasser des dons pour la Fondation du CHUS : profiter du soleil au... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer