Garou et Nicolas Gill ambassadeurs

Le chanteur Garou a accepté de représenter le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le chanteur Garou a accepté de représenter le volet culturel au sein du comité de candidature de Sherbrooke pour l'obtention des Jeux de la Francophonie de 2021.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Deux grandes pointures des milieux sportif et culturel ont aussi accepté de joindre leur voix au comité de candidature sherbrookois.

Le judoka et double médaillé olympique Nicolas Gill assumera le rôle de représentant pour la communauté sportive tandis que le chanteur originaire de Sherbrooke,

Garou, se chargera du volet culturel. Si ce dernier ne pouvait être présent à la conférence de presse, Nicolas Gill a expliqué que c'est avec beaucoup de fierté qu'il a accepté de se joindre au comité, lui qui a amorcé sa carrière internationale dans le cadre des premiers Jeux de la Francophonie jamais disputés, à Casablanca au Maroc en 1989, avant d'y participer de nouveau en 2001 à Gatineau.

« Après avoir remporté la médaille d'argent aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, je croyais aller vers la retraite, mais pour avoir l'occasion de compétitionner devant famille et amis, j'ai continué. Ce fut une expérience inoubliable et unique. Le souhait que j'ai, c'est de pouvoir être à Sherbrooke et encourager et entraîner les athlètes à la maison », a-t-il souligné.

« Mon rôle est de présenter ce que ça représente pour nos athlètes, de m'assurer que la prochaine génération d'athlète vive ce que moi j'ai vécu, a poursuivi Nicolas Gill. La population de Sherbrooke

est extrêmement accueillante, je suis certain que les gens de l'étranger qui vont venir ici ne voudront plus repartir! »

Outre l'importance que l'événement a eue sur sa glorieuse carrière dans les années subséquentes, le judoka a exprimé à quel point ces Jeux lui ont permis de développer sa conscience humanitaire.

« Une grosse partie des athlètes qui font partie des Jeux de la Francophonie proviennent de pays qui ne sont pas aussi développés que le Canada. De côtoyer ces gens, de les voir pratiquer leur sport pour les bonnes raisons, pour le plaisir, ça remet les choses en perspective. On oublie vite que nous sommes choyés et d'avoir la chance d'être en contact avec des gens qui n'ont pas cette même chance, c'est une belle source d'inspiration », a-t-il noté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer