Beaucoup de dossiers pour deux courtes années

Le déménagement du géant du commerce de détail... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le déménagement du géant du commerce de détail Costco risque d'alimenter les discussions au conseil municipal au cours des prochains mois. « Le dossier de Costco, on le travaille, mais il y en a qui ont des agendas politiques. Nous avons eu des rencontres privées, mais le sujet a été présenté sur la place publique... », avance le maire Sévigny.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) D'ici les prochaines élections, le maire Bernard Sévigny doute que tous les dossiers amorcés puissent aboutir. Parmi les sujets chauds : l'aéroport, les Jeux de la Francophonie, le pont des Grandes-Fourches et le déménagement de Costco.
« Le dossier de Costco, on le travaille, mais il y en a qui ont des agendas politiques. Nous avons eu des rencontres privées, mais le sujet a été présenté sur la place publique... », avance M. Sévigny.

Selon les rumeurs, le terrain convoité serait celui entre le Centre de foires et le boulevard Mgr-Fortier, sur le plateau Saint-Joseph. Le terrain est toutefois zoné industriel et agroforestier et ne peut être développé si 75 pour cent de la superficie du plateau Saint-Joseph n'est pas construit.

« Nous avons un nouveau schéma d'aménagement. L'encre est encore fraîche. On s'est donné une formule au terme de plusieurs années de discussion. Va-t-on faire la sourde oreille et se priver d'un projet comme celui de Costco? Non. Mais nous travaillerons pour entrer le projet dans le périmètre actuel. Sinon, nous évaluerons les options. Mais il faudrait se présenter devant le ministre des Affaires municipales et demander de modifier le schéma que nous venons tout juste d'adopter... »

Le maire n'a donc voulu fermer la porte à aucune des options, mais privilégie le développement là où les règlements le permettent déjà.

Les élus auront encore bien du pain sur la planche avant la fin du mandat avec tous les autres dossiers.

« Penser réaliser tout ça dans une année serait utopique. L'important, c'est de réaliser des projets et de se donner les moyens de créer de la richesse pour offrir des services de qualité. Ce qu'il y a dans le collimateur, ce sont des grands projets de développement sur lesquels nous travaillons et s'ils ne sont pas tous réalisés, le cas échant, ce seront des propositions pour les quatre années suivantes. »

Est-ce à dire que M. Sévigny se représentera en 2017? « On va voir comment les choses vont se passer. Si on m'avait dit il y a un an que ma conjointe serait ministre, je ne l'aurais pas cru. Mais la porte n'est pas fermée à un troisième mandat. »

D'ici là, il faudra voir au redécoupage des districts électoraux.

« Dans la loi sur les cités et villes, il y a une obligation de revoir les districts électoraux dans un certain délai avant les élections. Compte tenu de l'ampleur de la tâche pour redessiner les districts, les greffes commenceront probablement à travailler sur le dossier l'automne prochain. Un des principaux chantiers, à partir du moment où il y aura 14 conseillers, sera de déterminer la structure de la gouvernance. C'est un mandat qui sera confié à Serge Paquin, parce qu'il ne sera pas candidat en 2017. Le comité formulera des recommandations. Les conseillers siègent actuellement à plusieurs comités et si on doit augmenter ça, ça prendra des conseillers à temps plein, ce qu'on ne veut pas. Il faut trouver des solutions. Cette proposition sera adoptée par le prochain conseil. »

Quant aux Jeux de la Francophonie, une réponse est attendue en novembre 2016.

Le maire Sévigny se prononce

La présidence de l'UMQ

« Oui ça m'intéresse, mais ça dépendra du contexte. La décision appartiendra au C.A. au mois de mai. D'ici là, je vais vivre ma nouvelle situation et voir en quoi consiste le fait d'être le conjoint d'une ministre. »

L'opposition politique au Renouveau sherbrookois

« Aux prochaines élections, le Renouveau aura 14 candidats. Le reste ne m'appartient pas. Que les autres s'organisent ou pas, ça ne m'appartient pas. Je suis le moins bien placé pour porter un jugement là-dessus. »

L'aéroport de Sherbrooke

« Nous discutons encore avec l'ACSTA sur le modèle de recouvrement de coûts et j'en parlerai rapidement avec la députée de Compton-Stanstead. Ça peut difficilement être pire qu'avec les conservateurs. Je veux aussi saisir rapidement le ministre des Transports Marc Garneau. C'est certain qu'une compagnie aérienne voudra d'abord prendre connaissance de l'entente sur le recouvrement de coûts. »

Le boulevard René-Lévesque

« Il y a une volonté de le faire, mais le rythme dépendra de notre capacité financière. La décision sera celle du conseil. Nous n'ignorons pas les plans de la commission scolaire d'ouvrir une école en 2017 au bout de la rue Matisse. »

Le pont des Grandes-Fourches

« Il y a de gros enjeux financiers et c'est excessivement complexe. Pour les plans et devis, il faudra beaucoup de temps et d'argent. Nous espérons une entente avec le ministère des Transports dans les prochaines semaines, idéalement avant la fin de l'année ou au début de 2016. Il est difficile de prévoir un échéancier. »

Le partenariat avec Montpellier

« Il pourrait y avoir du nouveau bientôt. Nous avons eu des contacts sur un projet et nous verrons si c'est de nature à rétablir les ponts. Je n'ai jamais prétendu que je tirais la plogue de façon éternelle, mais je n'ai pas eu de nouvelles discussions avec le maire de Montpellier depuis le printemps. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer