L'UdeS s'entend avec les profs de médecine

Une entente est intervenue entre les professeurs de la faculté de médecine et... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une entente est intervenue entre les professeurs de la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l'Université de Sherbrooke, ce qui permet à l'institution d'atteindre la cible d'économie de 6,5 % qu'elle s'était fixée pour ce groupe d'employés. Même si le nouveau protocole de travail prévoit des concessions salariales et des avantages sociaux, les professeurs bénéficieront également d'un rattrapage salarial, soutient l'Association des professeures et professeurs de la FMSS (APPFMUS).

L'UdeS pourra récupérer environ 1,9 M $ - la cible salariale qu'elle s'était fixée pour ce groupe - pendant deux ans. Dans le contexte des compressions budgétaires, l'UdeS a fixé une cible d'économie pour chacun de ses groupes d'employés. L'UdeS doit trouver minimalement 11 M$ pour atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016.

L'entente prévoit une baisse de 0,7 % à chacun des échelons pour 2015-2016 et 2016-2017, de même que la réduction du budget annuel d'éducation de 300 000 $ pour chacune des deux années financières.

L'exonération partielle des droits de scolarité sera abolie à la signature du protocole. En cas d'absence pour maladie, le traitement versé pour les six premiers mois sera de 80 % au lieu de 100 %. Selon les dispositions du protocole, les mesures liées aux avantages sociaux seront revues dans deux ans.

«On est les professeurs les plus mal payés de l'UdeS. Notre faculté nous consent des réinjections dans les salaires dès la deuxième année du protocole. Il va s'agir d'un rattrapage salarial. On veut jouer le jeu des compressions, mais il va falloir jouer le jeu de l'équité. Ça annule en partie les concessions», image le président de l'APPFMUS Patrick McDonald.

Le président de l'APPFMUS estime que les compressions du gouvernement sont ponctuelles et que dans deux ans, alors que l'on s'approchera de la tenue d'élections provinciales, la donne pourrait changer.

À ce sujet, il fait valoir qu'une motion de blâme visant la direction de l'Université a été adoptée. «On voulait profiter des compressions pour nous soutirer des concessions de façon perpétuelle», résume M. McDonald. Les professeurs se sont toutefois montrés satisfaits des efforts concertés «de leur association» et de «leur faculté», a-t-il souligné. L'entente de principe a été adoptée à «la quasi-unanimité».

Pierre Cossette... (Archives La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Pierre Cossette

Archives La Tribune

Le doyen de la FMSS, Pierre Cossette, espère quant à lui que les autres syndicats emboîteront le pas à l'APPFMUS. «Les gens consentent un effort collectif pour continuer d'avancer», note-t-il en soulignant que les deux parties devront renégocier en fonction de ce qui a été consenti aux autres syndicats. L'UdeS s'était entendue en début d'année avec ses professeurs d'enseignement clinique de la FMSS.

Le protocole d'entente entrera en vigueur au cours des prochaines semaines, lors de la signature officielle, et s'étendra jusqu'au 31 décembre 2018.

L'APPFMUS regroupe environ 600 membres, en majorité des médecins. Elle représente aussi des ergothérapeutes et des infirmiers, entre autres.

Le recteur adjoint de l'UdeS et vice-recteur aux ressources humaines et financières, Martin Buteau, a souligné «le caractère responsable de cette entente où les professeures et professeurs de l'APPFMUS ont choisi de faire partie des solutions».

L'UdeS négocie en ce moment avec presque l'ensemble de sa dizaine de syndicats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer