Pont des Grandes-Fourches: la Ville procède à des travaux préliminaires

La Ville procède à des travaux de sondage... (La Tribune archives, Maxime Picard)

Agrandir

La Ville procède à des travaux de sondage géotechnique dans le secteur des rues Terrill et des Abénaquis près du pont des Grandes-Fourches.

La Tribune archives, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville de Sherbrooke procède jusqu'au 5 novembre à des travaux de sondage géotechnique dans le secteur des rues Terrill et des Abénaquis en prévision de la reconstruction du pont des Grandes-Fourches. L'exercice coûtera 35 000 $.

Il s'agit en fait de réaliser des trous dans le sol pour en caractériser la nature. Ces travaux préliminaires font partie des études pour la construction du futur pont. La rue Terrill, entre Dufferin et des Grandes-Fourches, est visée jeudi, de même que la piste cyclable entre Terrill et Court. Les travaux se poursuivent jusqu'au 2 novembre sur la rue des Grandes-Fourches, entre King Ouest et Queen-Victoria. Le stationnement la Grenouillère sera l'objet des études le 2 novembre, la rue des Abénaquis du 3 au 5 novembre et la rue Court le 4 novembre.

Des ralentissements sont à prévoir dans chacun de ces secteurs.

Au service des communications de la Ville de Sherbrooke, on rappelle que les discussions avec le ministère des Transports du Québec devraient s'amorcer cet hiver. La Ville continue entretemps à recueillir des données préliminaires. Les plans et devis ne seront pas développés tant que les négociations ne seront pas terminées.

En septembre, on apprenait que la nouvelle structure ne serait probablement pas construite avant 2017. Rappelons que la Ville souhaite déplacer le pont plus à l'ouest en aménageant un carrefour giratoire à la hauteur de la rue Terrill. Le pont traverserait alors la rivière près de l'endroit où se trouve la place Nikitotek et aboutirait tout près de la rue Wellington Nord. La reconfiguration du secteur Terrill entraînerait la démolition de deux viaducs du MTQ ayant encore une certaine durée de vie.

Le ministère des Transports du Québec mentionnait en septembre qu'aucune entente n'était signée avec la Ville de Sherbrooke. Rien n'avait changé mercredi. Si les approches du pont devaient être modifiées, il faudrait prévoir environ deux ans pour l'analyse du dossier, les études nécessaires et la confection des plans et devis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer