Climat tendu entre le RUTASM et la STS

La coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

La coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport adapté du Sherbrooke métropolitain (RUTASM), France Croteau, s'est plaint au conseil municipal du manque de respect de la STS à l'égard des usagers du service.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La mésentente se poursuit entre la coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport adapté du Sherbrooke métropolitain (RUTASM), France Croteau, et la Société de transport de Sherbrooke. Au conseil municipal lundi, Mme Croteau a mentionné que plusieurs membres du RUTASM sont désabusés, cyniques et veulent abandonner. Elle considère que les personnes handicapées ont été insultées et que ça ne doit pas être considéré comme une banalité.

France Croteau mentionne que les membres du RUTASM ont été blessés à la lecture d'un article publié dans La Tribune du 13 octobre au sujet du transport adapté. L'article intitulé « Embellie dans le transport adapté » rapportait que la STS estimait avoir amélioré ses performances après la restructuration du transport adapté au courant de la dernière année.

« Nous sommes en colère quant aux propos de la STS qui relient les problèmes qu'il y a eu au transport adapté aux comportements des usagers. Ce qui est le plus blessant, mais qui n'est pas banal, c'est qu'on ajoute que la pression du financement du transport adapté sur la municipalité desservant 3 % de la clientèle fait en sorte que la STS ne peut plus développer le transport régulier pour les 97 % qui restent. C'est odieux, déplacé et très, très questionnable. C'est faire porter sur le dos des personnes handicapées les choix de la STS. »

En réponse, le président de la STS, Bruno Vachon, cachait mal son agacement. « Encore une fois, vous interprétez des chiffres et vous leur faites dire ce que vous voulez. Ce que vous dites est totalement faux. Ni moi, ni Mme [Huguette] Dallaire [NDLR : directrice générale de la STS] n'a dit que les usagers du transport adapté causent le problème du transport régulier. Nous n'investissons pas à contrecoeur dans le transport adapté. »

M. Vachon a rappelé que le nombre de refus dans le transport adapté se situe sous un dixième de un pour cent. « Le nombre de transports par rapport à la même date l'an dernier est identique. Nous ne sommes pas en recul. Nous avons un service qui est différent, mais les gens se sont adaptés. Il n'est pas question de diminuer le service. Nous voulons encore optimiser. Je ne vous laisserai pas donner l'impression qu'on ne s'occupe pas du transport adapté ou que c'est un problème. »

Bruno Vachon rapporte avoir tenu plusieurs rencontres avec France Croteau. « Nos statistiques, on les regarde tous les mois et le nombre de transports est constant ou en augmentation. Qu'on dise qu'on ne donne pas de service, ce n'est pas vrai. Il n'y a pas d'autres villes qui donnent un service adapté comparable à celui de Sherbrooke. Mme Croteau dit qu'on effraie les usagers, mais je pense que c'est elle, par ses comportements, qui fait peur à ses membres. Il faut que ça arrête. C'est pour donner un meilleur service qu'on essaie de dégager des fonds. C'est faux de dire qu'on accuse les usagers du transport adapté de coûter cher. On ne fait que la démonstration que ce n'est pas vrai que nous n'investissons pas d'argent. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer