Les autobus roulent à nouveau à l'UdeS

Les autobus réguliers ont roulé sur le campus de l'Université de Sherbrooke... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les autobus réguliers ont roulé sur le campus de l'Université de Sherbrooke comme toutes les autres semaines, jeudi soir, après que la Société de transport de Sherbrooke (STS) eut annulé sa décision d'en retirer ses véhicules. Tant la STS, l'Université de Sherbrooke que la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) se disaient heureuses du dénouement.

Jocelyne Faucher, vice-rectrice aux relations internationales et à la communauté étudiante, affirmait être très fière. « C'est un témoin du sérieux de nos étudiants dans leurs démarches pour éviter les débordements. »

C'est que la STS a accueilli favorablement les mesures proposées par la communauté étudiante pour que des incidents fâcheux ne surviennent plus dans les autobus après les activités sociales du jeudi soir. « Nous y avons toujours cru. Le travail était enclenché depuis l'été. La FEUS est arrivée avec des propositions travaillées. Entre autres, la navette pour les fêtards laissera monter les étudiants devant le pavillon B1 plutôt qu'au rond-point habituel. Les associations ont aussi travaillé à favoriser la consommation responsable en limitant le nombre de personnes à leurs activités. »

Jocelyne Faucher admet que les fêtes sur le campus étaient devenues très populaires. « Nos partys sont très courus par des personnes de l'extérieur du campus, ce qui amène des foules dans des événements qui visent d'abord le réseautage à travers les étudiants d'une même faculté. Il y aura maintenant plus d'effectifs pour renforcer la sécurité. »

Des dépenses supplémentaires seront nécessairement engendrées, mais Mme Faucher ne pouvait pas en donner la mesure. « Il y a des discussions à l'interne à ce sujet. La priorité était de trouver une solution. »

À la STS, le président Bruno Vachon juge les correctifs apportés suffisants. « Nous avons plus de garanties qu'avant. L'accès aux lignes régulières sera contrôlé pour éviter que des gens entrent dans un autobus avec de l'alcool. Le chauffeur n'aura pas à régler les cas problèmes. La politique de tolérance zéro demeure, mais on considère que les étudiants et l'Université ont fait leur part. »

M. Vachon avance que la STS est cohérente avec le discours qu'elle a tenu en demandant qu'on lui présente des solutions. La directive de retirer le service régulier le jeudi soir a donc été suspendue en attendant de valider les résultats. « Il n'est pas question de garder le gun sur la tempe des étudiants. Ils nous ont convaincus, mais il faut que les mesures soient appliquées et fonctionnent. Nous n'avons pas de raisons de ne pas croire en eux. »

Le président de la FEUS, Nicolas Délisle-Godin se montrait lui aussi heureux. « Nous ne voyions pas l'utilité de cette mesure. Nous sommes surtout contents que la STS ait été disposée à nous écouter et que nous n'ayons pas attendu un accident pour réagir. »

M. Délisle-Godin soutient toutefois que les solutions apportées depuis hier soir sont les mêmes qui avaient été suggérées il y a un mois. « Nous avons présenté le même document à la STS. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer