Portrait de circonscription: priorité à la sécurité ferroviaire et à l'emploi

La sécurité ferroviaire fait partie des deux dossiers... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

La sécurité ferroviaire fait partie des deux dossiers prioritaires des principaux candidats de la circonscription de Sherbrooke à l'élection du 19 octobre prochain.

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) L'avenir de l'aéroport, la sécurité ferroviaire, la création d'emplois, le développement du secteur technologique... Quels sont les deux premiers dossiers auxquels les principaux candidats dans la circonscription de Sherbrooke s'attaqueront une fois élu, le 19 octobre prochain?

Pierre-Luc Dusseault... - image 1.0

Agrandir

Pierre-Luc Dusseault

Pour le député sortant et candidat du NPD, Pierre-Luc Dusseault, le dossier de l'aéroport et celui de la sécurité ferroviaire figurent au sommet de sa liste des priorités.

« L'aéroport a été un dossier important tout au long de mon mandat et c'est un dossier qui est presque réglé, dit-il. Or, au lendemain des élections, si nous formons le gouvernement, notre chef Tom Mulcair s'est engagé à accorder à l'aéroport de Sherbrooke un statut qui lui permet d'offrir des vols commerciaux, et ainsi servir de vecteur pour le développement économique et la création d'emplois. »

En matière de sécurité ferroviaire, M. Dusseault rappelle que les engagements du NPD visent à augmenter le nombre d'ingénieurs par train, ainsi que les ressources en matière d'inspection et de sécurité. Un gouvernement NPD réaliserait la voie de contournement à Lac-Mégantic et instituerait une commission d'enquête indépendante sur la tragédie du 6 juillet 2013.

Caroline Bouchard... - image 2.0

Agrandir

Caroline Bouchard

Désignée comme porte-parole de son parti en matière de sécurité ferroviaire, la bloquiste Caroline Bouchard entend, elle aussi, faire de ce dossier un enjeu prioritaire dès son arrivée à Ottawa.

Selon elle, la tragédie de Lac-Mégantic interpelle tout autant les Sherbrookois. D'autant plus, dit-elle, que les deux municipalités sont reliées par le même chemin de fer ayant appartenu à la Montreal Maine & Atlantic (MMA). 

« Les gens m'en parlent beaucoup (de la sécurité ferroviaire). Même le maire (Bernard) Sévigny m'en a parlé. Les municipalités nagent en pleine noirceur à cause du manque de transparence de Transports canada. Elles ne savent toujours pas quelles sont les matières dangereuses que contiennent les convois qui circulent sur leur territoire... » 

S'il y a un fait indéniable qui découle du drame du 6 juillet 2013, dit Caroline Bouchard, c'est celui de resserrer les mesures de sécurité en matière de transports de produits dangereux.

À ce chapitre, le Bloc propose deux mesures : une taxe spéciale sur les matières dangereuses destinées à financer l'inspection des rails et l'imposition d'amendes salées pour chaque jour où une compagnie est prise en défaut en matière de sécurité.

Outre le transport ferroviaire, Caroline Bouchard s'attaquerait aussi à l'électrification des transports, de façon à « réduire notre dépendance vis-à-vis du pétrole » et ses conséquences néfastes sur l'économie québécoise.

Tom Allen... - image 3.0

Agrandir

Tom Allen

Pour le candidat libéral, Tom Allen, les principaux enjeux dans la circonscription de Sherbrooke sont les mêmes que pour l'ensemble du Canada, c'est-à-dire de remettre de l'argent dans les poches de la classe moyenne et de créer des emplois de qualité.

« Nous allons baisser les impôts de la classe moyenne et augmenter les allocations des familles avec deux enfants. C'est ce que les Canadiens ont besoin et c'est ce que les Sherbrookois ont besoin », dit-il.

En matière d'emplois de qualité, Tom Allen croit que Sherbrooke dispose de tous les atouts pour accueillir un Centre d'excellence en nouvelles technologies, et ce dès la première année d'un gouvernement libéral. « Pas dans quinze mois, ni dans trois ans, mais tout de suite!» précise-t-il en soulignant tout le potentiel que représentent l'incubateur de la rue Marquette (Espace-inc) et le Centre d'entrepreneurship Dobson-Lagassé. « L'argent et les idées sont là, dit-il. Mon rôle sera d'aider ces gens-là à se lancer en affaires et à créer des bons emplois.»

Marc Dauphin... - image 4.0

Agrandir

Marc Dauphin

Pour le conservateur Marc Dauphin, la question du vote à visage découvert fera partie des ses deux premiers dossiers « puisque notre chef Stephen Harper a promis de régler la question dans les 100 premiers jours d'un gouvernement conservateur. »

Cela n'empêchera toutefois pas Marc Dauphin de s'attaquer à la création d'emplois dès son élection: « Dès que je suis élu, dit-il, j'entre en contact avec monsieur (Jacques) Beauvais, vice-recteur à la recherche à l'Université de Sherbrooke et Me (Bruno) Lavoie, (président) de la Chambre de commerce, pour leur demander ce que je peux faire pour aider l'économie d'ici. Ce n'est pas le gouvernement qui crée des emplois, ce sont les entrepreneurs, ceux qui ont des idées. Je veux leur éviter la paperasserie et toute la bureaucratie qui vient avec... ».

Trois autres candidats sont en lice dans la circonscription de Sherbrooke, soit Benoit Huberdeau, indépendant, Sophie Malouin, du Parti Vert du Canada, et Hubert Richard, du Parti Rhinocéros.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer