Le complexe familial aura pignon sur la rue du Cégep

Le complexe familial coopératif élira domicile dans cet... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Le complexe familial coopératif élira domicile dans cet ancien édifice de la communauté Marie-Jeunesse.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le complexe familial coopératif attendu dans l'ancien Édifice d'Expo-Sherbrooke verra finalement le jour au 263 de la rue du Cégep, à un jet de pierre de l'emplacement convoité à l'origine, dans un édifice ayant appartenu à la communauté Marie-Jeunesse. L'édifice actuel sera conservé alors que le parc intérieur jouira d'une annexe neuve sur pilotis.

« Il est apparu une occasion de regarder un autre site. Depuis que le projet est annoncé, le milieu sportif, dont je fais aussi partie, reluquait l'Édifice d'Expo-Sherbrooke et souhaitait en récupérer toute l'espace. Il est vrai que le plateau Sylvie-Daigle est consacré davantage aux sports qu'à la famille. Ç'a fait pencher la balance. Nous avons appris entretemps que l'édifice à côté de chez nous sera disponible », fait valoir Bernard Beaupré, coordonnateur général du CPE coopératif le Bilboquet et pilote du projet.

Rappelons que le complexe familial coopératif sera un parc intérieur, sous le thème du vent, qui sera conçu pour les enfants de 0 à 8 ans. Il favorisera les saines habitudes de vie chez les jeunes. Il doit offrir, outre des jeux, une programmation éducative et sportive, des services reliés à la santé et un service de location de salles pour des conférences et des fêtes d'enfants.

En empiétant sur le terrain du Bilboquet, le complexe familial comptera environ 14 000 pieds carrés, presque autant que l'Édifice d'Expo-Sherbrooke, à 15 000 pieds carrés. « Tous les objectifs de l'étude de marché tiennent toujours. Nous demeurons près du Cégep et du Centre de réadaptation. Nous déménageons dans un environnement familial. »

Le parc intérieur, d'environ 5000 pieds carrés, se retrouvera donc dans un bâtiment neuf alors que la construction existante servira aux bureaux administratifs et aux services aux familles. Le nouvel emplacement offrira par ailleurs un avantage du point de vue du stationnement.

« Sur le plateau Sylvie-Daigle, aux heures de pointe, il risquait d'y avoir du trafic parce que le stationnement pouvait être sollicité pour plusieurs activités. Sur la rue du Cégep, nous compterons 90 places et l'ajout du parc intérieur n'enlèvera aucune place de stationnement. Il faut aussi dire qu'à Expo-Sherbrooke, nous aurions été copropriétaires avec la Ville, alors que maintenant, nous gèrerons le complexe à 100 % », précise M. Beaupré.

Le projet est toujours évalué à environ 2,5 M$. Il faut compter 1,9 M$ pour l'achat de la bâtisse et la construction de la nouvelle annexe. Un premier prototype de module de jeu devrait être présenté lors de l'exposition Mécagéniale des étudiants de génie de l'Université de Sherbrooke en décembre. L'ouverture du complexe est souhaitée pour le début de 2017 et créera entre cinq et huit emplois. Il devrait aussi permettre d'accueillir des stagiaires du Cégep et de l'Université.

Enfin, Bernard Beaupré ne s'inquiète pas de se faire damer le pion par le centre d'amusement Rigolo (voir page 11), qui ouvrira dans le secteur Rock Forest en décembre. « Notre objectif est plus social que commercial. Nous aurons un parc original, exceptionnel, mais il y aura plusieurs services autour. C'est une entité qui appartiendra aux familles. On veut mettre la main sur un service halte-jeu qui permettra aux familles de laisser jouer les enfants pendant que les parents participent à des ateliers. Je suis convaincu que nous avons une formule pérenne. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer