Vote par anticipation: victime de sa popularité

Après seulement une journée de vote, 3,5 % des... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Après seulement une journée de vote, 3,5 % des électeurs éligibles dans la circonscription de Sherbrooke s'étaient déjà manifestés, soit près de 4000 personnes sur les 107 988 répertoriées.

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(Sherbrooke) Malgré une journée à en oublier la campagne électorale lundi, les bureaux de vote par anticipation ont de nouveau été assaillis d'une abondante affluence d'électeurs, confirmant du même coup la popularité grandissante de cette pratique, également remarquée lors de la première journée.

Plusieurs électeurs critiquaient lundi l'organisation et se sont dits amers devant le temps d'attente, certains soulignant même songer à ne pas voter, tout simplement. Le directeur du scrutin dans Sherbrooke, Richard Dion, peinait pour sa part à expliquer le phénomène.

« Je n'en reviens pas encore, je n'ai jamais vu ça. Après la première journée, on se disait que ça allait ralentir, mais ça a continué au même rythme tout le weekend », souligne-t-il.

Si le taux de participation final du vote par anticipation n'était pas encore connu, les statistiques préliminaires permettent de confirmer que cette pratique a atteint une popularité record lors de cette élection.

Après seulement une journée de vote, 3,5 % des électeurs éligibles dans la circonscription de Sherbrooke s'étaient déjà manifestés, soit près de 4000 personnes sur les 107 988 répertoriées.

À l'issue du vote par anticipation et si les électeurs ont afflué au même rythme, ce sont près de 15 000 personnes de la circonscription qui se seront déjà prononcées.

Lors de l'élection de 2011, qui représentait déjà une édition record, 8616 électeurs s'étaient prévalus du vote par anticipation dans Sherbrooke.

«Il y en a eu une quinzaine, mais ils n'ont pas causé de problèmes.»


Serge-André Lapierre, le visage couvert d'une moustiquaire, et son... (La Tribune, Alexandre Faille) - image 3.0

Agrandir

Serge-André Lapierre, le visage couvert d'une moustiquaire, et son épouse voilée ont voté par anticipation le visage recouvert pour protester contre le port du niqab.

La Tribune, Alexandre Faille

Vote voilé

Sherbrooke n'a pas fait exception à la règle. Comme un peu partout dans la province, des électeurs se sont présentés aux bureaux de vote par anticipation voilés, masqués, cagoulés ou encore coiffés d'un sac de patates, afin de tourner en dérision la loi électorale qui permet à n'importe qui de voter sans avoir à se montrer le visage à condition de prêter serment sur son identité.

« Il y en a eu une quinzaine, mais ils n'ont pas causé de problèmes. On les a assermentés, puis ils ont voté et ceux qui ne voulaient pas être assermentés n'ont pas pu », explique M. Dion.

À ce sujet, la candidate bloquiste dans Sherbrooke, Caroline Bouchard, enjoint les électeurs a ne pas « céder au cynisme ».

« Voter est quelque chose de sérieux, et ce serait dommage que ça vire au cirque », évoque-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer