Encore un incident dans un autobus

Un autre incident est survenu dans un autobus de la Société de transport de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un autre incident est survenu dans un autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS), jeudi soir, déplore le Syndicat des chauffeurs de la STS. La conductrice a décidé de faire sortir les gens qui se trouvaient à bord. Selon la Fédération étudiante de l'UdeS (FEUS), la sécurité de l'institution avait décidé d'annuler la navette spéciale du jeudi compte tenu du peu d'activités étudiantes en raison de la période d'examen, et ce, par souci d'économie.

Le président du Syndicat des chauffeurs de la STS, Jean-Pierre Guay, ne cachait pas son exaspération hier. Aucune bataille n'est survenue jeudi soir, mais c'est le même scénario qui se répète lorsque les jeunes font la fête : « du criage et du chantage », résume-t-il. « Ça s'est mis à déraper (...) La conductrice s'est tassée sur le côté et elle a fait vider son autobus. »

« L'Université de Sherbrooke doit régler ce problème », commente le président du syndicat. Il précise du même coup que ses membres ont déjà eu plusieurs problèmes dans le secteur de l'Université Bishop's, mais la situation s'est grandement améliorée.

« J'ai peur qu'il arrive quelque chose de grave. Ce n'est pas quelque chose qu'il faut laisser aller (...) Tout ce qu'on veut, c'est que ça se fasse de façon sécuritaire. Peut-on avoir la paix dans les autobus? » note M. Guay.

Responsable aux relations et aux communications de la FEUS, Francis Gravel St-Pierre ne savait pas au départ que la navette avait été décommandée; la sécurité de l'institution lui a toutefois expliqué que ça avait été le cas par souci d'économie, dans le contexte budgétaire actuel. « Je suis surpris d'entendre qu'il y a eu un incident, c'est malheureux. » Il souligne qu'une équipe de prévention se rend à la station d'autobus du campus principal afin que l'embarquement se fasse de « façon sécuritaire et civilisée ». La navette n'est pas prévue pour la semaine de relâche, cette semaine.

Malgré cela, des étudiants qui ont fait la fête prennent les autobus réguliers, note M. Guay.

Rappelons que le mois dernier, un étudiant ivre s'est fait écraser le pied par un autobus de la STS. L'UdeS a demandé à la FEUS de ne plus étirer les soirées étudiantes jusqu'à nouvel ordre. Les associations étudiantes avaient droit à une prolongation par semestre, soit trois heures ajoutées aux activités sociales habituelles (4 à 7 et 5 à 8) jusqu'à minuit au plus tard. Selon M. Guay, l'incident est survenu jeudi entre 19 h et 20 h. Selon M. Guay, la conductrice en a assez de vivre ce genre de situation. Elle est maintenant en arrêt de travail. La FEUS avait quant à elle émis certaines recommandations pour résoudre la problématique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer