1,7 M$ en soutien aux proches aidants

Il existe quatre types de personnes dans le monde, disait la femme de l'ancien... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Il existe quatre types de personnes dans le monde, disait la femme de l'ancien président des États-Unis Jimmy Carter, Rosalynn Carter. Ceux qui ont été un proche aidant, ceux qui le sont, ceux qui le seront ou ceux qui en auront besoin.

Autrement dit, tous, à un moment ou un autre d'une vie, rempliront le rôle - souvent sans le savoir - du proche aidant. C'est dans cette optique qu'il y a quatre ans, l'Appui Estrie pour les proches aidants d'aînés a vu le jour grâce à l'attribution d'un fonds annuel de 726 035 $ du gouvernement du Québec. Jeudi, l'organisme dressait un premier bilan triennal positif, marqué par un soutien financier de plus de 1,7 M$ pour 51 projets différents.

« Les projets que l'on finance essaient toutes sortes d'approches pour convaincre et amener les proches aidants à demander de l'aide. Le défi c'est vraiment d'éduquer et de sensibiliser la population à savoir ce qu'est un proche aidant », explique la directrice générale de l'Appui Estrie, Geneviève Côté.

De tous les projets, plus de la moitié ont d'ailleurs servi à informer et sensibiliser la population, permettant de rejoindre 2235 proches aidants. Du travail demeure à faire, convient Mme Côté, puisqu'on estime à 45 000 le nombre de personnes dans cette situation en Estrie seulement.

Identifier rapidement

Pour l'Appui Estrie, le principal défi pour les prochaines années est celui d'identifier plus rapidement et dans une plus grande proportion les proches aidants d'aînés, et ce, avant qu'une détresse psychologique ne s'installe chez eux.

« Beaucoup de gens le font vraiment par amour, par devoir, ils sont d'abord et avant tout un fils, une fille, un conjoint, ils ne veulent pas nécessairement l'étiquette de proche aidant, note Mme Côté. Souvent, ces gens croient même qu'ils n'en font pas suffisamment pour être considérés comme tel. »

Comme les proches aidants sont souvent encore actifs sur le marché du travail et doivent s'occuper d'une famille en même temps, leur santé, autant psychologique que physique, en souffre trop souvent, indique Mme Côté.

« Les gens se rendent régulièrement très loin dans le processus avant de demander de l'aide et c'est là que le bât blesse. Il y a plus de 50 % des proches aidants qui vont décéder avant la personne de qui ils vont prendre soin. Ils s'oublient complètement », relate-t-elle.

La ligne Info-Aidant de l'Appui Estrie (1-855-8-LAPPUI) permet aux gens concernés d'en apprendre plus sur les services disponibles pour vivre le plus sereinement possible cette période d'aide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer