De Portland: la piste cyclable sur une passerelle indépendante

Bruno Vachon... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Bruno Vachon

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'option d'une passerelle indépendante pour aménager la piste cyclable sur le boulevard de Portland, au-dessus de l'autoroute 410, sera privilégiée par le conseil municipal de Sherbrooke. Après l'évaluation de quatre scénarios, celui-ci semblait le plus approprié selon Caroline Gravel, directrice du service des infrastructures urbaines et de l'environnement.

La nouvelle passerelle aura une largeur de 3 m et permettra de conserver le trottoir existant pour les piétons. La structure sera complètement indépendante et nécessitera un investissement de 1,5 M$.

«La première option consistait à élargir le tablier du pont avec une séparation à l'aide d'une glissière rigide en acier. La piste multifonctionnelle aurait eu une largeur de 2,8 mètres, ce qui ne permettait pas aux cyclistes de traverser le pont sur leur vélo. Ils auraient dû en descendre pour assurer la sécurité des piétons», explique Mme Gravel.

La deuxième option était pratiquement identique, avec une glissière de béton, alors que la troisième option consistait à élargir le trottoir sans séparation physique avec la chaussée.

L'option de la passerelle représente la meilleure option selon Mme Gravel, de même que le meilleur rapport qualité-prix. En incluant les honoraires, les coûts s'élèvent à 1,7 M$, dont la majorité sera défrayée grâce à une subvention du programme Véloce II de 1,4 M$. Les 300 000 $ supplémentaires proviendront d'un solde résiduel pour le projet de pavage de la piste située entre les rues Burlington et Comtois.

La construction de la passerelle devrait commencer en 2016, mais dépendra de la réalisation des plans et devis par le ministère des Transports du Québec. L'ajout d'un tronçon cyclable entre le prolongement du boulevard de Portland et la future passerelle sera placé en priorité l'an prochain.

Le conseiller Bruno Vachon s'est réjoui de cette décision. «Le conseil continue d'investir des sommes de plus en plus grandes pour le transport durable et je ne crois pas que de descendre du vélo pour traverser le pont aurait été une option intéressante.»

Son collègue Marc Denault admet que certains pourraient décrier le choix de ne pas construire des pistes unidirectionnelles de chaque côté du boulevard. «Nous devons y aller selon nos moyens.»

Le directeur général adjoint René Allaire a rappelé que la présence des bretelles d'autoroute du côté nord du boulevard a entraîné le choix d'aménager la piste cyclable du côté sud.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer