Accessibilité et peur des représailles: plus de 2100 appels reçus à la FIQ

Le manque d'accessibilité aux soins et la peur de représailles à la suite d'une... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Le manque d'accessibilité aux soins et la peur de représailles à la suite d'une dénonciation représentent la majeure partie des appels reçus lors de l'opération téléphonique menée durant trois semaines par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Guillaume Carette et Sophie Séguin... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Carette et Sophie Séguin

Imacom, René Marquis

Mardi, les deux porte-parole syndicaux de la FIQ en région, Guillaume Carette et Sophie Séguin, ont dressé le bilan des 2136 appels reçus au 1 844 FIQ-AIDE à l'échelle du Québec.

Il en ressort que :

-         42 p. cent des appels et des courriels touchaient des problèmes et des situations d'accessibilité aux soins;

-         16 p. cent portaient sur des situations en lien avec la sécurité et la qualité des soins, dont 26 p. cent de ces dénonciations ont été faites par des professionnels en soins.

De plus, affirment les porte-parole, la majorité de citoyens et de professionnels qui ont utilisé la ligne téléphonique ont indiqué ne pas avoir dénoncé les situations qu'ils avaient relevées auprès des instances officielles, par peur de représailles envers eux ou leurs proches.

M. Carette et Mme Séguin ont d'autre part dénoncé l'entêtement du gouvernement à ne pas mettre en place les solutions proposées par la FIQ afin d'améliorer l'accès aux soins de santé dans tout le réseau.

L'une de ces solutions, selon la FIQ, consiste à implanter des cliniques de proximité dans lesquels des infirmières spécialisées pourraient dispenser des soins tout en gérant l'accès à un médecin traitant. Un exemple de clinique de proximité est en opération dans la région de Québec et connaît un taux de succès remarquable, ont indiqué M. Carette et Mme Séguin.

Devant l'inertie du gouvernement, la FIQ demande au Vérificateur général de faire enquête.

Mentionnons que la FIQ s'est retirée de la table de négociation la semaine dernière.  

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer