Débat: les candidats attaquent le conservateur Labrador

La candidats France Bonsant, Jean Rousseau, Marie-Claude Bibeau... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

La candidats France Bonsant, Jean Rousseau, Marie-Claude Bibeau Gustavo Labrador ont pris part au débat.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Dans un premier débat sous le signe de la politesse, la bloquiste France Bonsant, la libérale Marie-Claude Bibeau et le néo-démocrate Jean Rousseau se sont ligués contre leur rival conservateur Gustavo Labrador.

L'attaque la plus virulente est survenue sur la question du financement octroyé à Radio-Canada-CBC alors que tous les candidats ont vertement critiqué les coupes conservatrices. M. Rousseau a rappelé que la société d'État était l'une des plus sous-financées par personne tandis que Mmes Bibeau et Bonsant rappelaient son importance pour les minorités culturelles comme la communauté anglophone dans Compton-Stanstead.

La libérale s'est tout de même permis une pointe à l'endroit de sa rivale lorsqu'elle a mentionné que «contrairement au Bloc, son parti allait le faire (rétablir le financement)».

Pour une économie verte

L'économie a évidemment occupé une place de choix dans ce débat tenu mercredi soir. La première question adressée aux candidats concernait d'ailleurs la gestion de l'offre pour les producteurs laitiers de la région. Tous les partis ont assuré qu'ils travailleraient afin de maintenir ce mécanisme lorsque les négociations du traité transatlantique reviendront sur la table, sans toutefois expliciter comment ils comptaient le faire.

Outre le secteur agricole, le développement d'une économie verte a été soumis comme principale solution pour la création d'emploi dans la circonscription. Mme Bibeau a particulièrement réussi à tirer son épingle du jeu en étayant les plans de son parti en matière d'investissement verts tandis que M. Rousseau a rappelé l'importance de l'aide aux petites entreprises. «C'est la colonne vertébrale de notre économie», a-t-il martelé.

Mme Bonsant a pour sa part insisté sur l'importance pour le Québec de miser sur les énergies vertes et de se distancer des sables bitumineux albertains. Elle s'est distinguée en notant avec ironie que les trois autres partis sont à la fois pour le développement durable et les projets d'oléoducs.

En anglais svp

Réunis au centre communautaire Amédée-Beaudoin de Lennoxville, les candidats se sont exprimés en français, mais surtout en anglais. Jean Rousseau a tenu à s'exprimer uniquement dans la langue de Shakespeare - ce qui lui a causé nombre d'hésitations et d'explications incomplètes - alors que Mme Bibeau a aussi répondu à la majorité des questions en anglais. M. Labrador et Mme Bonsant ont pour leur part priorisé le français.

La libérale et la bloquiste se sont imposées dans cette première ronde, particulièrement en raison des difficultés de leur adversaire néo-démocrate à bien raisonner ses arguments en anglais. La cinquantaine de spectateurs ont toutefois semblé apprécier l'effort du député sortant. Quant au conservateur, difficile de bien paraître lorsqu'à la fois vos adversaires et les spectateurs vous criblent de reproches. Il a néanmoins été convaincant lorsqu'il paraissait le plus convaincu, soit dans le dossier de l'intervention canadienne au Moyen-Orient.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer