Grève au Cégep: les journées perdues seront à reprendre, prévient Marie-France Bélanger

Chaque journée de cours qui sera perdue devra être reprise, a indiqué la... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Chaque journée de cours qui sera perdue devra être reprise, a indiqué la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger, après avoir été interrogée sur la grève annoncée des enseignants de l'établissement, en marge d'un point de presse sur le budget hier.

Marie-France Bélanger... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Marie-France Bélanger

Imacom, Maxime Picard

Les professeurs ont voté à 84 % en faveur d'un mandat de grève de six jours mercredi, qui pourraient être utilisés de façon discontinue ou non.

«S'il y a une grève et que des journées sont éliminées en raison de la grève, à la suite d'une entente, on va s'asseoir et on va voir pour reprendre ces journées-là. Mais le gouvernement ne peut pas assumer (...) que les journées vont être reprises sans qu'on soit payé... S'il y a une entente, on verra par la suite, et on a à coeur la réussite de nos étudiants...» a commenté le président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN), Steve McKay.

Interrogé sur le sujet, le ministère du Travail a indiqué qu'il convient aux parties de discuter d'un protocole.

Steve McKay a par ailleurs salué le choix du conseil d'administration d'adopter un budget déficitaire.

«On savait que la politique d'austérité du gouvernement Couillard allait entraîner un manque à gagner important et là on voit une nécessité de faire un déficit. On trouve extrêmement courageuse la décision du conseil de refuser d'appliquer toutes ces coupes-là en même temps, car ça a un effet désastreux sur le Cégep de Sherbrooke. Déjà les coupes qui ont été faites sont extrêmement difficiles», a-t-il dit.

Les membres du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE) se prononceront pour leur part mardi sur le mandat de grève proposé aux salariés du front commun, soit environ 400 000 employés de la province.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer