Denault propose des travaux routiers de nuit pour limiter les bouchons

Le conseiller Marc Denault cherche une façon de limiter les inconvénients liés... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le conseiller Marc Denault cherche une façon de limiter les inconvénients liés aux travaux routiers sur les artères les plus achalandées de Sherbrooke. Au conseil municipal mardi, il a proposé d'évaluer la possibilité que des travaux soient réalisés en soirée ou même la nuit.

Marc Denault... (Archives La Tribune, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Marc Denault

Archives La Tribune, Maxime Picard

Il y a eu beaucoup de travaux sur la rue King Ouest, entre autres du 18 au 21 août. La Ville a fait un branchement dans le secteur du complexe Le Baron. Les travaux d'aqueduc ont entraîné de gros bouchons dans le secteur», déplore M. Denault, qui avance qu'environ 40 000 véhicules transitent dans ce secteur chaque jour.

«Je pense qu'à l'ampleur de la Ville, on devrait analyser s'il est possible de faire des travaux le soir pour éviter les bouchons dans les secteurs névralgiques. Il y avait beaucoup de circulation de transit pendant les travaux. Les automobilistes utilisaient les rues de quartier. Les commerçants étaient insatisfaits. Même les chauffeurs de la Société de transport de Sherbrooke m'ont dit : prenez-vous vraiment le transport en commun à coeur? Nous sommes bloqués dans des voies de circulation qui n'avancent pas.»

M. Denault avance que les clients avaient de la difficulté à atteindre les commerces lors de l'épisode du mois d'août. «Je ne pense pas que nous pourrions avoir une voie réservée pour le transport en commun quand nous retranchons deux voies à la circulation, mais nous pourrions au moins assurer une fluidité pendant le jour. Il faut penser aux effets néfastes que les bouchons entraînent sur l'économie et l'environnement. Si on peut faire les travaux à coût égal en soirée, il faudrait en évaluer les impacts.»

«On connaît les grands générateurs de déplacements. En travaillant le soir et la nuit, la plage horaire est plus longue, donc on finirait plus rapidement.»

Marc Denault

Le conseiller cite aussi de travaux effectués dans le passé par la compagnie Bell, près de la Cité du parc à l'intersection King-Jacques-Cartier, qui avaient entraîné des problèmes de circulation importants.

«Je ne dis pas qu'il faudrait faire des travaux en soirée partout sur le réseau, mais pour certains endroits la question se pose. S'il y a un bris d'aqueduc sur le boulevard de l'Université pendant la rentrée ou près de l'entrée du CHUS, ce serait peut-être avantageux. On connaît les grands générateurs de déplacements. En travaillant le soir et la nuit, la plage horaire est plus longue, donc on finirait plus rapidement. Tout le monde gagnerait. Ça se fait ailleurs. Il faudrait analyser les coûts. Est-ce qu'on pourrait refiler une partie de la facture aux gens pour qui on fait les travaux?»

Une telle mesure nécessiterait peut-être d'obtenir une plus grande flexibilité de gestion lors de la négociation avec les employés. La possibilité de faire appel à des sous-traitants a aussi été évoquée par M. Denault.

Conscient que certaines opérations pourraient être bruyantes, Marc Denault suggère de concentrer les activités dérangeantes au plan sonore en début de soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer