Les citoyens de la rue Baker en ont marre des courses et de la vitesse

Les citoyens de la rue Baker, dans l'arrondissement de Lennoxville, en ont... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les citoyens de la rue Baker, dans l'arrondissement de Lennoxville, en ont marre des courses de rue et de la vitesse devant chez eux. Ils ont tous signé une pétition, déposée au conseil d'arrondissement, pour que des dos d'âne soient ajoutés dans leur rue. Stephanie McCrea, représentante des citoyens de la rue Baker, a interpellé les élus à ce sujet mardi au conseil municipal.

« Nous voulons faire installer deux dos d'âne dans notre rue. Un en haut et un en bas. La raison est simple. La rue Baker n'est pas très longue, mais beaucoup de gens viennent parce qu'il y a un boisé au bout de la rue. Il y a beaucoup de gens qui viennent prendre des marches avec leur chien. On a même un centre de réadaptation qui vient avec des enfants autistes qui prennent des marches. »

Mme McCrea avance que la rue Baker sert souvent de raccourci. « Comme elle descend, les gens roulent très vite. Dans le haut de la rue, si vous prenez quatre maisons côte à côte, il y a 20 enfants. Nous pouvons nous vanter que le soir, les parents et les enfants sont dans la rue. Ça joue au ballon. Ça joue au soccer. Quand il y a des fous qui arrivent et qu'ils roulent vite, c'est dangereux. Ma voisine et son petit garçon ont passé proche de se faire frapper l'an dernier parce qu'un gars a accéléré, a dérapé et est entré dans le gazon. Cet hiver, un autre est entré dans un banc de neige parce qu'il a dérapé. »

Stéphanie McCrea plaide donc pour la sécurité des enfants, mais aussi pour celle des personnes âgées.

« Il y a aussi des étudiants qui s'amusent à faire des courses le soir. Ils montent à deux autos une à côté de l'autre et au bout, ils font des dérapages plus ou moins contrôlés. Ça fait énormément de bruit la nuit. Les policiers nous demandent si nous avons noté la plaque d'immatriculation, mais le temps qu'on se lève, ils sont déjà partis. »

Le conseiller David Price a pris acte de la demande et reconnaît qu'il y a un problème à cet endroit. « Il y a un problème de trafic au coin Queen et College aux heures de pointe. Les gens prennent la rue Louis-Codère pour couper la lumière. Il y a des courses. La police est bien au courant. Ils ont un dossier déjà assez épais. Mais les contrevenants sont souvent partis quand la police arrive. »

M. Price, conscient que la Ville hésite souvent à installer des dos d'âne, a mentionné que « ce serait une place où ça pourrait aider ».

Le président du comité exécutif, Serge Paquin, a ajouté que chaque cas est unique et doit être étudié à la pièce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer