Exclusif

Le cycliste Kristian Benoit prend du mieux

Jacinthe Caron veille sur son conjoint Kristian Benoit... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Jacinthe Caron veille sur son conjoint Kristian Benoit depuis son accident de vélo survenu le 15 juillet dernier et pour lequel les causes demeurent inconnues.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Près de deux mois après son accident de vélo encore inexpliqué, le Sherbrookois Kristian Benoit lutte toujours pour retrouver l'usage complet de son corps.

Des progrès importants ont été accomplis et il est difficile de dire si l'homme de 35 ans gardera des séquelles de cet événement tragique survenu à l'angle des rues Denault et Jean-Paul II, le 15 juillet dernier.

« Ça va quand même bien, et plus vite que ce qu'on s'était fait dire au départ », commente sa conjointe Jacinthe Caron, mère des deux jeunes enfants. « On s'est fait dire des choses épouvantables à entendre puisqu'il a subi un traumatisme très sévère. »

« Maintenant, il parle, il marche, il mange. Kristian est capable de réfléchir aussi. Il a encore un oeil qui ne fonctionne pas. C'est difficile de dire s'il gardera des séquelles. C'est dans environ six mois après qu'on va pouvoir le savoir. »

Rappelons que l'accident a eu lieu vers 20 h 15, un mercredi soir, quand Kristian Benoit revenait d'un match d'ultimate frisbee.

« Il est resté cinq jours dans le coma. Les médecins nous parlaient de plusieurs mois, raconte Mme Caron à La Tribune. Ensuite, il est resté une semaine et demie aux soins intensifs et deux semaines ensuite à l'hôpital. »

« Il est maintenant en réadaptation. Disons que son état a bien évolué.

Des fois, une commotion, ça peut causer de la fatigue extrême pendant un an. Je me suis renseignée sur le sujet. C'est arrivé dans le même moment que l'accident (de la journaliste) d'Isabelle Richer. »

Justement, ses proches se disent convaincus que le fait d'avoir porté le casque de vélo a sauvé la vie de Kristian Benoit, comme c'est le cas pour la journaliste judiciaire de Radio-Canada. Le fait d'être un sportif n'a pas nui non plus à la réhabilitation du cycliste blessé de façon sérieuse.

La condition physique et psychique de ce père d'un petit garçon de huit mois et d'une fillette de deux ans l'aide à reprendre des forces, souligne sa conjointe. « Kristian a reconnu ses enfants, mais il ne se souvient pas de l'accouchement. Ça va lui revenir. On peut dire qu'il est docile. Il accepte sa situation. C'est moins stressant pour nous. »

« Le fait d'avoir porté son casque de vélo lui sauvé la vie. Il le mettait tout le temps. C'est un gars qui n'a pas de voiture. »

Rappelons que dans les jours qui ont suivi l'accident, le Service de police de Sherbrooke a fait appel au public afin de trouver des témoins de la chute, les causes étant nébuleuses.

On se demande si le cycliste a été heurté par une voiture. « Kristian ne se souvient pas de ce qui s'est passé et l'enquête stagne », ajoute Mme Caron.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer