Moins d'autobus nolisés pour les élèves du privé

Les écoles secondaires privées de Sherbrooke enregistrent une baisse des élèves... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les écoles secondaires privées de Sherbrooke enregistrent une baisse des élèves inscrits au transport scolaire organisé, constate l'Association des écoles privées de l'Estrie (AEPE).

Le Séminaire de Sherbrooke, le Salésien, le Collège Mont Notre-Dame et le Collège Sacré-Coeur ont des élèves desservis par la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) pour le transport scolaire. Ils ont également conclu une entente avec un transporteur privé et la Commission scolaire Eastern Townships (CSET). En raison d'une baisse des subventions, ces établissements privés ont augmenté de nouveau cette année la facture du transport scolaire.

L'année dernière, le gouvernement avait annoncé aux écoles privées que la subvention au transport qui leur était attribuée disparaîtrait graduellement sur trois ans. Conséquence : la facture du transport scolaire avait bondi d'environ 200 $ lors de la dernière année scolaire.

Puis, changement de cap : avec les dernières règles budgétaires de Québec, les écoles de la région ont appris que le tiers de la subvention accordée au transport scolaire serait finalement conservée. La CSRS doit transporter environ 676 jeunes, soit le tiers des élèves des établissements. Avec la nouvelle façon de faire de Québec, les écoles privées ont de nouveau augmenté la facture du transport, mais elles disent avoir réussi à la limiter.

« Ça change la donne, il y a moins d'élèves qui utilisent le transport en raison des coûts. On voit qu'il y a une diminution assez importante, probablement 50 % de moins », évalue sommairement le président de l'AEPE et directeur général du Salésien, Raymond Lepage. La baisse est particulièrement marquée à Sherbrooke, où les parents et leurs enfants peuvent opter pour la Société de transport de Sherbrooke (STS) ou encore par les déplacements assurés par les parents. À voir la circulation au Salésien, on peut penser que cette option est très prisée, note M. Lepage.

Le fait que Québec ait finalement décidé de laisser aux écoles privées une partie de la subvention pour le transport permet de réduire les impacts financiers pour les établissements.

Par ailleurs, même si la facture est salée pour les élèves hors territoire (un montant de 745 $ pour des élèves de Windsor ou Magog avec la dernière hausse), M. Lepage souligne que les établissements n'ont pas refilé la facture totale aux parents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer