Prolongement de Portland : plan inédit pour véhicules, cyclistes et piétons

La Mobilité Durable Est Au Coeur Du Prolongement Du Boulevard De Portland Et... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La mobilité durable est au coeur du prolongement du boulevard de Portland et de l'aménagement du boulevard René-Lévesque à Sherbrooke.

Le point névralgique de ce projet total de quelque 40,5 millions$ commence à se former à ce que sera l'intersection du boulevard de Portland et de la route 220.

En fait, les utilisateurs du réseau routier et ceux de la piste multifonctionnelle ne s'y nuiront pas parce que pendant que les véhicules motorisés s'engageront dans un carrefour giratoire à deux voies d'un diamètre de 70 mètres, cyclistes, piétons et autres utilisateurs du transport actif passeront sous la route pour rejoindre une agora située environ trois mètres plus bas que la route.

L'un des deux tunnels de 3,3 mètres est d'ailleurs complété depuis quelques jours, alors que le coffrage de l'autre est entamé.

«Lorsque nous avons élaboré le projet en 2011, il n'y avait aucun exemple semblable au Québec. Nous avons pris cette inspiration en Europe où le transport durable est très avancé. La piste multifonctionnelle sera située au centre de la route et sera très sécuritaire. Nous sommes très fiers de ce concept. Ça reste un boulevard, mais le premier critère de conception était la mobilité durable. Nous voulons donner l'exemple. Nous avions l'opportunité de partir à neuf, alors nous avons mis ce critère en priorité», soutient l'ingénieure chargée de projet à la Ville de Sherbrooke, Julie-Michelle Fortin.

Au terme du projet, la piste multifonctionnelle de cinq kilomètres reliera le parc Industriel au boulevard Bourque. Ultimement, le réseau rejoindra dans une direction le plateau Saint-Joseph par le boulevard Lionel-Groulx et la route verte dans le secteur Rock Forest dans l'autre sens.

«Nous voulons que les gens adoptent le vélo, la marche ou le patin à roues alignées pour aller au travail. La piste aura une largeur de quatre à cinq mètres et permettra de multiples usages. Tout le monde y aura sa place. Une agora sera aménagée en place publique au centre du carrefour giratoire. La piste multifonctionnelle sera accessible douze mois par année. Nous voulons créer une synergie entre le travail et la maison», signale Julie-Michelle Fortin.

Cette dernière soutient que la première phase du projet qui consiste au prolongement de 1,15 kilomètre du boulevard de Portland entre les rue Pépin et la route 220 nécessite des investissements de 14 037 000 $ si tout se déroule très bien. La mise en service de cette section devait se faire au mois de décembre prochain.

«Nous respectons les budgets et les délais. L'échéancier était serré, mais il est respecté. Nous avons une belle collaboration de l'entrepreneur. Le point critique demeurait la mise en place du carrefour giratoire qui est réalisé à plus de 65 pour cent», mentionne Julie-Michelle Fortin.

C'est une coentreprise Excavation M. Toulouse et DJL qui réalise le chantier.

L'ingénieure chargée de projet à la Ville de Sherbrooke convient que les automobilistes devront s'adapter au carrefour giratoire à deux voies.

«Les automobilistes commencent à être habitués à ce type d'infrastructure routière. Ils vont rapidement s'y sentir confortables. La circulation en continu devenait essentielle par rapport au débit estimé de 19 000 véhicules par jour», explique l'ingénieure Fortin.

Le milieu humide situé au coeur du projet représentait l'un des enjeux du prolongement du boulevard de Portland.

«Il y avait beaucoup de roc, mais nous le réutilisons sur le chantier dans un souci de développement durable. Il fallait aussi maintenir en tout temps la circulation sur la route 220. C'était une exigence. Le chantier faisait l'objet d'un monitorage afin de s'assurer que le niveau sonore du chantier demeure à un seuil acceptable», mentionne l'ingénieure de projet de la Ville de Sherbrooke.

L'aménagement du boulevard René-Lévesque qui nécessitera des investissements de 26,5 millions $ se fera à compter de 2016.

La première phase prévoit un lien entre le boulevard industriel à la rue Magnelli et de la rue Magnelli à la rue Matisse pour un total de 12,02 millions $.

Le boulevard René-Lévesque rejoindra ensuite en 2017 la rue Henri-Labonne pour une phase de 6,58 millions $ et finalement, un montant de 7,9 millions $ sera investi pour rejoindre le boulevard Bourque.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer