Faculté d'administration: les chargés de cours promettent de l'action

Des chargés de cours de la faculté d'administration de l'Université de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Des chargés de cours de la faculté d'administration de l'Université de Sherbrooke tiendront une action de visibilité la semaine prochaine. Ils veulent ainsi montrer leur mécontentement devant les impacts des compressions budgétaires à l'UdeS.

André Poulin... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

André Poulin

Archives La Tribune

Les chargés de cours déplorent notamment la hausse des étudiants dans leur classe, mais aussi la fin de la surveillance d'examen, indique le président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UdeS (SCCCUS), André Poulin. Un examen n'a pas toujours lieu la même journée que se tient normalement le cours. Certains chargés de cours occupant parfois d'autres fonctions, ils ne sont pas toujours disponibles pour la période d'examen. Ils bénéficiaient auparavant de la présence de surveillants d'examen, mais cette mesure disparaît en raison des compressions budgétaires. La faculté d'administration compte environ 300 chargés de cours. L'action de visibilité doit se tenir devant la faculté.

Autre doléance exprimée : avec la diminution du personnel de soutien, la tâche des chargés de cours s'alourdit, commente M. Poulin.

Recteur adjoint à l'UdeS, Martin Buteau souligne que les ressources humaines travaillent avec l'instance syndicale et la faculté d'administration afin « d'aplanir les difficultés ».

« C'est sûr qu'avec les compressions, on ratisse partout là où il y a des économies possibles. On a décidé d'augmenter légèrement la taille des cours. Les chargés de cours ne sont pas contents, mais c'est vrai aussi pour les professeurs », note M. Buteau. Quant à la disparition des surveillants d'examen à la faculté d'administration, il dit comprendre la déception des chargés de cours, mais souligne que l'institution revient ainsi au « principe de base ».

« Les chargés de cours sont payés pour l'ensemble des 15 semaines », souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer