Le Cégep adopte le projet «Apportez votre équipement»

Les laboratoires d'informatique pourraient bien devenir une denrée rare au... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les laboratoires d'informatique pourraient bien devenir une denrée rare au Cégep de Sherbrooke, avec le déploiement du projet « AVEC », pour « Apportez votre équipement de communication ».

David Laplante... (Photo Facebook) - image 1.0

Agrandir

David Laplante

Photo Facebook

Cette façon de faire, aussi connue sous le nom de « BYOD » (Bring your own device) ou « AVAN » (Amenez votre appareil numérique), gagne en popularité.

« Cela permet à chaque utilisateur d'amener son propre outil, avec lequel il est le plus efficace. C'est l'approche qu'on veut développer », explique David Laplante, conseiller pédagogique à l'intégration des technologies de l'information et des communications au Cégep de Sherbrooke.

Ainsi, au fil du temps, les étudiants pourront travailler autant avec leur tablette numérique qu'avec leur téléphone intelligent, ce qui entraînera « une transformation graduelle » des installations offertes au Cégep. Certains laboratoires demeureront cependant intacts. « On ne parle pas d'une disparition totale », précise M. Laplante, en soulignant que certains départements auront toujours besoin d'un laboratoire d'informatique.

Un réseau wi-fi complet

Le projet se réalise graduellement, parallèlement au déploiement du wi-fi et de la réalité budgétaire. L'objectif est d'avoir un réseau wi-fi complet, qui pourra servir tant à la clientèle qu'aux employés.

« Cet automne, les travaux ont commencé au pavillon 2. Les travaux de renouvellement d'antenne vont s'échelonner sur un an et demi. » Les activités pédagogiques peuvent varier. « Le point final, ce sera en 2016 », note David Laplante, en soulignant que les étudiants pourront éventuellement travailler dehors, avec le déploiement du wi-fi. « On finit avec l'extérieur. » Il y a déjà certaines zones où les étudiants réussissent à bien travailler à l'extérieur. Éventuellement, l'institution aimerait pouvoir offrir un système d'impression sans fil.

Actuellement, il n'existe pas de politique uniforme encadrant l'utilisation du téléphone intelligent en classe; la question est laissée à la discrétion des professeurs.

Or, de plus en plus de programmes changent leur politique et reconsidèrent la question. Ces transformations surviennent dans un contexte où d'ici deux ou trois ans, le Cégep vivra l'arrivée d'étudiants fréquentant des institutions où les technologies ont été intégrées au secondaire. « Les professeurs n'auront pas le choix de s'adapter... Les jeunes baignent là-dedans. »

« On est à deux ou trois ans des cohortes massives de BYOD », dit-il en citant notamment l'utilisation de Chromebook à l'école secondaire Montcalm et le déploiement des portables au Salésien.

Une table réunissant des intervenants du monde scolaire, tant au secondaire qu'au collégial, a été formée et se penche sur l'intégration des technologies. « Il faut vraiment s'adapter, on voit tout ça s'en venir. »

Selon une étude interne du Cégep de Sherbrooke, 75 % des étudiants possèdent un téléphone cellulaire avec navigation web, et le quart d'entre eux possèdent une tablette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer