Un arc-en-ciel autour du lac

Même s'il ne pleuvait pas samedi, un arc-en-ciel a enjolivé le lac des Nations.... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même s'il ne pleuvait pas samedi, un arc-en-ciel a enjolivé le lac des Nations. C'est que l'événement Fière la fête, qui célèbre la diversité sexuelle en Estrie, avait organisé son tout premier défilé; à 16 h, les participants ont quitté le chapiteau et les jeux gonflables installés au Marché de la gare pour faire un coloré tour du lac.

L'équipe d'organisation a ainsi réussi à faire rayonner la fierté, malgré le peu d'argent disponible pour ce faire cette année. « On fonctionnait vraiment à budget réduit, on s'est même posé la question à savoir si on était capables de tenir l'événement », explique la coordonnatrice Marie-Pier Boisvert. « Mais notre objectif était vraiment de donner de la visibilité aux kiosques des organismes et aux minorités sexuelles estriennes. Il ne faut pas oublier que les organismes fonctionnent souvent à budgets réduits, eux aussi. »

Contrairement à l'année passée, il n'y avait donc pas de spectacle à Fière la fête, faute de moyens. Cependant, les organisateurs ont reçu du soutien de diverses associations étudiantes sherbrookoises, de commerces ainsi que de l'organisation Lez Spread the Word (LSTW), qui organisait un 5 à 7 au Siboire après le défilé.

La réalisatrice Chloé Robichaud (Sarah préfère la course), qui a d'ailleurs réalisé la série web FÉMININ/FÉMININ avec LSTW, était à Sherbrooke à titre d'invitée d'honneur de l'événement. « On avait envie de participer à la fête. Il y a beaucoup d'attention médiatique qui est mise sur la Fierté à Montréal, mais on entend moins parler de ce qui se passe à l'extérieur des villes métropolitaines », a-t-elle souligné.

Pionnière trans

Rebecca Nadeau participait pour la deuxième fois à Fière la fête samedi. Partout où son regard se posait, elle reconnaissait des gens qu'elle a côtoyés tout au long de sa transition d'homme à femme ainsi qu'après celle-ci.

Il faut dire qu'elle offre depuis plusieurs années ses services d'accompagnement aux personnes trans et en questionnement, et fait un peu figure de pionnière sherbrookoise pour cette communauté, notamment en oeuvrant auprès du groupe Caméléon. Elle donne aussi des conférences auprès des étudiants en médecine, et a collaboré avec le CALACS Agression Estrie.

« L'ambiance ici est assez friendly. Le monde se connaît quand même pas mal, mais j'ai aussi parlé avec des gens qui ne savaient pas ce qui se passait, et ils m'ont remerciée de l'information et m'ont dit qu'ils se sentaient bien ici. Les gens étaient curieux, ils venaient voir et poser des questions », relate-t-elle.

Lorsque Mme Nadeau a commencé son cheminement, en 1994, elle devait se rendre à Montréal pour obtenir du soutien auprès d'organismes. « Maintenant, il y a beaucoup plus d'informations et de services en région. Mais il reste encore beaucoup à faire », rappelle-t-elle.

La coordonnatrice Marie-Pier Boisvert s'est dite satisfaite du changement de site (Fière la fête se tenait auparavant sur les terrains de soccer du parc Jacques-Cartier, un peu plus loin des passants), de la participation du public ainsi que du travail des bénévoles. « Les autres années on leur donnait des t-shirts ou d'autres petites affaires, mais cette année, on n'a rien pu leur donner. Ceux qui étaient là y étaient vraiment par gaieté de coeur! » lance-t-elle.

Il s'agissait de la troisième édition de cette célébration de la diversité sexuelle estrienne.

Partager

À lire aussi

  • Fêter la diversité sexuelle à Sherbrooke

    Sherbrooke

    Fêter la diversité sexuelle à Sherbrooke

    La communauté des lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels (LGBT) en Estrie est parfois oubliée, mais la troisième édition de « Fière la fête : la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer