Première pelletée de terre pour la caserne 7

Si la construction respecte les délais prévus, les pompiers de la caserne... (imacom, rené marquis)

Agrandir

imacom, rené marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Si la construction respecte les délais prévus, les pompiers de la caserne Jacques-Denault dans le secteur Rock Forest auront passé 26 mois dans un local de fortune.

Relocalisés huit jours seulement après l'incendie de leur caserne le 23 décembre 2013, les 16 pompiers permanents devraient entrer dans un poste incendie flambant neuf en février 2016.

Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny, flanqué du président du comité de sécurité publique Marc Denault et du directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS) Stéphane Simoneau, a procédé jeudi à la première pelletée de terre des travaux de reconstruction de la caserne numéro 7 du boulevard Bourque.

La nouvelle caserne est inspirée de celle bâtie sur le plateau Saint-Joseph et inaugurée en février 2015. Un projet de 2,6 millions $ qui sera assumé par le montant de la prime d'assurances ainsi que par les contribuables.

« Nous sommes en train de finir de régler les détails à ce chapitre. Nous avons touché une prime de 3 millions $ des assurances, mais ça comprend aussi la partie du garage municipal qui sera construit dans le nouveau parc régional. Comme les grands projets du palais des sports et de la caserne Robert-Davidson du plateau Saint-Joseph, nous sommes confiants de respecter le délai de construction de 19 semaines et de ne pas dépasser les coûts », soutient le maire de Sherbrooke.,

Le directeur du SPIS explique que la nouvelle caserne offrira les mêmes services et sera dotée des mêmes équipements en matière de sauvetage nautique, hors route et d'intervention avec les matières dangereuses.

« Même si elle répond aux critères du schéma de couverture de risques et n'affecte pas la cote des assurances incendie, la localisation de la caserne temporaire n'est pas optimale. C'est le troisième projet de construction dans le cadre du schéma de couverture de risques actuel. Nous allons présenter un nouveau schéma en septembre prochain au conseil municipal », mentionne le directeur du SPIS.

Comme tous les intervenants municipaux, le maire Sévigny a rappelé le contexte que le SPIS a dû traverser à la suite de l'incendie de l'une de ses propres casernes.

« Malgré les circonstances, je tiens à souligner le professionnalisme des pompiers qui ont dû maîtriser l'incendie de leur caserne en pleine crise du verglas où ils venaient en aide à la population. En plus d'être sinistrés eux-mêmes, ils aidaient les sinistrés à travers la ville. Ils sont restés engagés envers la population pour en assurer la sécurité », signale le maire de Sherbrooke.

Située entre les secteurs Rock Forest et Deauville, la caserne Jacques-Denault sera construite sur le même terrain que celle détruite en décembre 2013.

« C'est un endroit stratégique dans la desserte incendie. Ce choix avait été fait en 2009 et demeure encore valide. Les pompiers de cette caserne répondent à environ 500 appels par année », mentionne le président du comité de sécurité publique, Marc Denault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer