La murale chantante

Mélanie Noël, parolière, et Adèle Blais, artiste en... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Mélanie Noël, parolière, et Adèle Blais, artiste en arts visuels, unissent leurs talents respectifs pour créer une murale chantante. On peut la voir - et l'entendre! - en fin de semaine au Marché de la gare à l'occasion du deuxième Symposium Art Mural.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Mélanie Noël et Adèle Blais sont amies depuis des années. La première est journaliste à La Tribune et parolière; la seconde, artiste en arts visuels. Les deux Sherbrookoises cherchaient un projet qui leur permettrait d'unir leurs talents pour réaliser une oeuvre commune : c'est une murale chantante qui sera le résultat de leur union créative.

La genèse de cette murale est la chanson Bricole-moi, dont les paroles ont été composées par Mélanie et la musique par Antoine Chevrette. La parolière en a enregistré la version définitive il y a deux semaines à peine, et l'a envoyée à sa complice, qui allait s'en inspirer pour réaliser la murale.

Il s'agit d'un nouveau procédé pour Adèle Blais, qui tire habituellement son inspiration d'images. «Ça a simplifié la création. J'ai été cherché des morceaux de la pièce et je les ai intégrés dans le tableau, ça m'a donné une swing pour créer», dit celle qui n'a écouté la chanson que quelques fois avant de se mettre au travail.

La douce voix de Mélanie lui a inspiré des femmes sur des balançoires, et un univers près du monde du cirque. «La première fois que j'ai vu le croquis au crayon de plomb, j'ai tout de suite été éblouie : c'était ça. C'est le reflet de ma chanson, ça vient de la même place. Les sons et l'image sont connectés», affirme la parolière.

Parlant de voix; il s'agit de la première fois que celle qui a écrit pour Fred Pellerin, David Goudreault ou encore Edgar Bori rend public un enregistrement prouvant son talent de chanteuse. «C'est gênant! Je ne suis pas rendue à chanter devant les gens en direct, par contre. C'est une murale chantante, donc je dis que c'est elle qui chante. Moi, je reste dans l'ombre», dit-elle.

Lorsque la murale sera installée à son emplacement définitif - qui n'est pas encore connu -, une plaque sur laquelle on pourra lire les paroles de la chanson, réalisée par les artistes Raphaël Zweidler et Pascale Rousseau, sera installée à proximité. Idéalement, on pourra aussi entendre l'enregistrement de la chanson.

Pour les Sherbrookois

Il était important pour les deux artistes que leur oeuvre commune soit accessible à la communauté sherbrookoise. La participation d'Adèle au Symposium Art Mural l'an dernier l'a poussée à suggérer immédiatement d'opter pour l'art urbain. «D'habitude, je vends mes oeuvres à des gens qui ont les moyens de les acheter, et elles finissent dans des salons. Quand j'ai participé au Symposium l'an passé, j'ai trouvé ça écoeurant de pouvoir partager. Sinon, c'est inutile de faire ça», explique-t-elle.

Lorsque l'on regarde la murale de près, on peut d'ailleurs apercevoir de subtiles références à Sherbrooke : un cénotaphe par ici, un morceau de carte du lac des Nations par là...

Adèle Blais mettra la touche finale à sa murale en fin de semaine au Marché de la gare, pendant le Symposium, au son de Bricole-moi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer