La Chambre de commerce de Fleurimont changera de nom

La possible conversion de la Chambre de commerce de Fleurimont (CCF) en... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Émanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(Sherbrooke) La possible conversion de la Chambre de commerce de Fleurimont (CCF) en Association des gens d'affaires a été officialisée vendredi avec la publication d'une lettre ouverte sur le site internet de l'organisme. Ce changement de statut viendrait mettre un terme aux conflits qui règnent depuis plusieurs années entre les deux chambres de commerce situées sur le territoire de Sherbrooke. Le 2 septembre, les membres seront invités à voter alors que se tiendra leur assemblée générale annuelle.

En modifiant le type de leur regroupement, les membres de la CCF deviendront indépendants vis-à-vis de la Fédération des chambres de commerce du Québec. Ainsi, ils n'auront plus à respecter les délimitations de territoires imposées par ses règlements. « On va maintenant pouvoir s'adresser à tous les entrepreneurs du territoire de Sherbrooke », explique Stéphanie Jutras, directrice générale de la CCF. Si rien n'est encore sûr, l'accueil de cette solution semble unanime. « Nos membres semblent assez favorables, il y a beaucoup d'enthousiasme, on est sur la bonne voie. On entendait souvent dire que les gens en avaient assez de la chicane, maintenant on a une solution »

« À mon avis, je pense que ça demeure une nouvelle positive », a commenté Bruno Lavoie, président de la Chambre de commerce de Sherbrooke. « Si effectivement ils deviennent une association, on sera là pour travailler avec eux », a-t-il ajouté.

« On a beaucoup d'ouverture, mais on veut garder notre indépendance », a souligné le président Janick Anctil. Par ailleurs, les deux présidents des deux chambres de commerce s'entendent au moins sur une autre chose : dans un climat morose où l'économie régionale doit fleurir, l'alliance deviendra nécessaire pour créer une force de frappe et livrer bataille sur certains dossiers.

Rappelons que la dernière année a été haute en rebondissements. Dans une lettre acheminée en début d'année, la Fédération des chambres de commerce du Québec a menacé la CCF de lui retirer son membership pour le non-respect des règles sur les chambres de commerce.

« Depuis quelques années, votre action, votre sollicitation et même votre siège social se sont étendus au-delà de ce territoire dans l'arrondissement de Fleurimont et atteint ainsi l'intégrité du territoire de la Chambre de commerce de Sherbrooke », pouvait-on lire dans la lettre. La CCF avait ensuite sondé ses membres pour savoir si la fusion était envisageable. Un rapport avait ensuite été publié à la fin mars, recommandant de « ne pas fusionner avec la Chambre de commerce de Sherbrooke et de créer un nouveau regroupement de gens d'affaires si la fusion s'avérait obligatoire. »

La semaine dernière on apprenait que M. Anctil ne solliciterait pas de nouveau mandat à la Chambre de commerce de Fleurimont. Toutefois, il serait possible qu'on le voie à la tête de la nouvelle association qui pourrait être créée en septembre, si le vote des membres de la CCF y est favorable. « Je suis encore en réflexion. Je m'étais dit que je ne serais plus président d'une chambre de commerce. (...) Si je peux passer le flambeau, j'en serais heureux », expose l'homme d'affaires.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer