Baignade interdite aux gens portant un sac de stomie?

Une Sherbrookoise s'est vu interdire la baignade à la plage municipale de... (IMACOM, RENÉ MARQUIS)

Agrandir

IMACOM, RENÉ MARQUIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
GABRIÈLE ROY
La Tribune

(SHERBROOKE) Une Sherbrookoise s'est vu interdire la baignade à la plage municipale de Deauville dimanche dernier puisqu'elle portait une camisole. Ce que le sauveteur ne savait pas au moment de demander à la dame de retirer sa camisole avant d'aller dans l'eau, c'est que Stéphanie Hains doit composer avec un sac de stomie et qu'elle cherchait à respecter les autres baigneurs en dissimulant son problème de santé.

Le soir même, Stéphanie Hains a communiqué avec le service de plaintes de la Ville de Sherbrooke pour faire part de son mécontentement. L'histoire a pris une tournure complètement différente dès l'instant où son état de santé a été mentionné. Au bout du fil, un représentant de la Ville de Sherbrooke lui a fait part que même si elle n'avait pas porté sa camisole, elle n'aurait pas été en mesure de se baigner, en raison de son sac de stomie. «Selon les propos d'une responsable des services nautiques de la Ville, si le sac se perçait et que les excréments se répandaient dans l'eau, un enfant pourrait boire l'eau contaminée et je pourrais le tuer», s'insurge Mme Hains.

Cette crainte fait référence à l'incident survenu le 1er août 2010, sur cette même plage, alors qu'une jeune fille de trois ans avait bu quelques gorgées de l'eau de la rivière, qui contenait alors beaucoup trop de coliformes fécaux pour pouvoir être consommée. Cet enfant avait contracté la bactérie E. coli.

La mère de famille de 32 ans se questionne au sujet des mesures prises pour éviter la contamination de l'eau. «Est-ce que les sauveteurs surveillent tous les enfants qui sont présents à la plage pour s'assurer qu'ils portent les couches de baignades? Non! Alors pourquoi ne puis-je pas me baigner?»

D'ailleurs, ce scénario de contamination de l'eau et de danger pour les autres baigneurs est infondé, selon un stomothérapeute du Centre de stomie du Québec, Gilles Dumais.

«En 43 ans d'expérience, je n'ai jamais entendu parler d'un sac de stomie qui aurait transpercé lors d'une baignade. Certains vont dans des spas et font même de la natation avec leur stomie. Il n'y a aucune contrainte à ce sujet. Bien sûr, nous recommandons aux gens de vider leur sac avant d'aller se baigner, mais il n'y a vraiment aucune contre-indication, ni pour la baignade, ni pour la douche, ni pour le bain», dit-il, très étonné de la situation vécue par Stéphanie Hains.

La chef de service aux activités aquatiques de la Ville de Sherbrooke, Lyse Cloutier, explique que l'interdiction du port de vêtements et l'interdiction de baignade pour ceux vivant avec une stomie sont mises en place par mesure de sécurité et d'hygiène. Les jeux d'eaux sont donc suggérés.

«Mon travail, c'est de voir à la sécurité aquatique, de prévenir et de limiter le risque à la santé du citoyen concertant les conséquences des matières organiques», lance-t-elle sans toutefois prendre position sur la future venue de citoyens vivant avec une stomie aux plages et aux piscines publiques de la Ville. C'est lorsqu'elle a été avisée de faits rapportés par le stomothérapeute qu'elle a convenu que les gens vivant avec une stomie seraient dorénavant «accueillis, s'ils portent un maillot de bain conforme.»

Mme Hains entend la nouvelle avec un grand sourire. «Je suis très contente et je pense que c'est la moindre des choses, car ce qu'ils nous disent après l'opération, c'est de continuer à avoir un train de vie tout à fait normale. Et ça, c'est très difficile puisqu'on frappe des préjugés comme ça jour après jour.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer