Réaménagement à prévoir sur la 12e Avenue

La 12e Avenue changera de visage au cours des prochaines années entre la rue... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La 12e Avenue changera de visage au cours des prochaines années entre la rue Brûlotte et l'autoroute 610. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) planifie de poursuivre les travaux de réaménagement de cette artère, notamment pour aménager un îlot séparateur sur la longueur totale du tronçon.

« Depuis cinq ans, lorsqu'il y a eu l'urbanisation de la 12e Avenue face au CHUS, il y a une portion de bande médiane qui a été aménagée entre la rue Jacques-Quintin et l'autoroute. Depuis trois ans, le ministère a poursuivi les travaux jusque devant le motel Le Floral. Il reste peut-être 600 ou 700 mètres à faire pour atteindre Brûlotte », mentionne Jocelyn Grenier, directeur par intérim du Service des infrastructures urbaines et de l'environnement à la Ville de Sherbrooke.

« Nous élargirons la 12e Avenue d'un côté, à l'ouest, pour permettre d'ajouter une cinquième voie pour les virages dans les parties de bande médiane. Il y aura deux percées pour réaliser des virages entre le Quartier Santé et la rue Brûlotte, pour des rues municipales futures ou vers des complexes commerciaux. Il s'agira aussi d'une occasion de moderniser le feu au coin de la 12e Avenue et de Brûlotte, où la circulation devient difficile à l'heure de pointe. »

La Ville devra payer pour des modifications géométriques sur environ 200 mètres, soit 725 000 $, alors que le ministère paiera pour 1,75 M$. Les travaux permettront de concrétiser deux corridors cyclables unidirectionnels sans frais pour la Ville. « Des trottoirs sur la12e Avenue sont sur notre liste de priorités et si le conseil le juge à propos, nous pourrions saisir la fenêtre d'opportunités. »

Le conseiller Vincent Boutin y voit une occasion d'insister pour trouver une solution qui permettrait aux cyclistes de traverser l'autoroute 610 en toute sécurité.« Avec le pôle scientifique et les pôles commerciaux en développement, avec la pétition de 1000 noms, les arguments deviennent plus importants pour la construction de la voie cyclable. Je travaille déjà avec les députés pour faire valoir l'urgence de faire ces travaux, surtout que nous avons une préoccupation pour le transport actif. »

Jocelyn Grenier convient que le moment est bien choisi pour poursuivre les discussions avec le MTQ. « Il va nous manquer l'élément le plus important. Nous avons une piste cyclable sur Brûlotte qui se concrétisera jusqu'à l'autoroute. Il nous manquera la traversée de l'autoroute, puisque je vous rappelle que nous allons du CHUS jusqu'au viaduc. Nous devrons probablement viser le même modèle qu'au-dessus de la 410 sur Portland, soit avec une nouvelle structure ou en élargissant la structure existante pour ajouter une voie cyclable. C'est certain que quand nous avons deux liens de faits et un pôle d'attraction majeur à desservir, on peut penser que ça ressurgirait dans nos priorités de réalisation, mais l'impact financier sera assez grand, soit de quelques millions de dollars. »

M. Boutin veut aussi s'assurer que les propriétaires riverains seront rencontrés pour éviter une situation conflictuelle comme celle que la Ville a connue le long du boulevard Industriel. « Dans le calendrier du ministère, c'est certain que lors de la concrétisation des projets, il y a toujours une étape pour rencontrer les riverains impactés. Nous l'avons aussi inclus dans la résolution et comme ils souhaitent une résolution de la Ville, ils l'auront d'écrit à deux endroits », rétorque M. Grenier.

Les travaux devraient être réalisés d'ici cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer