30 M$ d'économies grâce à la gestion d'eau potable

Le bilan de la consommation de l'eau potable à Sherbrooke, sous l'objectif... (ARCHIVES LA TRIBUNE)

Agrandir

ARCHIVES LA TRIBUNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le bilan de la consommation de l'eau potable à Sherbrooke, sous l'objectif maximal de la Stratégie québécoise d'économie d'eau potable, permet de générer des économies considérables. Selon Michel Cyr, chef de la division de la gestion des eaux à la Ville de Sherbrooke, ce sont 30 M$ de plus qu'il faudrait investir si la Ville et ses citoyens consommaient autant d'eau que la moyenne provinciale.

En 2014, ce sont en moyenne 409 litres d'eau potable par jour par personne qui ont été consommés à Sherbrooke, alors que l'objectif gouvernemental est de demeurer sous 622 litres. Dans le même sens, les pertes d'eau, de 7,8 %, sont largement sous l'objectif de 20 % et le taux de fuite, à 5,5 mètres cubes par jour par kilomètre de conduite, est considéré excellent en comparaison de l'objectif de 15 mètres cubes.

« Nous avons estimé hypothétiquement que si nous consommions la même quantité d'eau que la moyenne québécoise, il faudrait investir 15 M$ dans l'usine d'eau potable et 15 M$ dans l'usine d'épuration des eaux usées », a avancé M. Cyr. « Nous atteignons les objectifs fixés pour 2017, mais avec des données de 2014. Il y a plusieurs avantages, notamment pour le lac Memphrémagog. Forcément, si nous y puisons moins d'eau, il y a des bienfaits. Nous économisons aussi sur le traitement de l'eau, en électricité et en produits chimiques. Nous pouvons aussi développer davantage sans agrandir les usines. »

MEILLEURE PERFORMANCE

Dans le classement des villes de 100 000 habitants et plus, Sherbrooke offrait la meilleure performance en 2012 et glissait au troisième rang en 2013, derrière Terrebonne et Lévis. « Il faut toutefois considérer que nous sommes une ville centre et que nous comptons plusieurs institutions, comme des cégeps, des universités et des hôpitaux, ce qui n'est pas nécessairement le cas de toutes les autres villes », fait valoir Michel Cyr.

Le chef de la division de la gestion des eaux se targue des bonnes performances de Sherbrooke, qui se situe sous les objectifs provinciaux depuis quatre ans. « Notre pire performance remonte à 2011, alors que nous consommions 433 litres par jour par personne. »

Les calculs de consommations sont basés sur une population de 151 000 habitants, puisque 10 000 Sherbrookois sont considérés « hors réseau ». Sherbrooke compte 876 km de conduites à entretenir, ce qui représente la distance entre Sherbrooke et Détroit.

« Nous consommons 61 000 mètres cubes d'eau par jour. De cette somme, environ 5 % sont consommés par les industries, 9 % par le commercial, 10 % par l'institutionnel, 70 % par le résidentiel et 2 % pour les activités municipales, soit les bâtiments municipaux, les pompiers, l'arrosage des rues et des patinoires par exemple. Il nous reste donc 4700 mètres cubes de pertes par jour, ce qui semble énorme, mais qui se situe parmi les plus faibles taux au Québec. »

En 2014, 183 fuites ont été répertoriées dans tout le réseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer