La tarification ne freine pas les visiteurs au FTMS

Alors que plusieurs inquiétudes planaient sur cette dix-huitième édition -... (IMACOM, MAXIME PICARD)

Agrandir

IMACOM, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Alors que plusieurs inquiétudes planaient sur cette dix-huitième édition - l'incontrôlable dame nature, les stationnements impraticables les jours de pluie et l'apparition d'un tarif d'entrée - le Festival des traditions du monde s'est bien déroulé et a somme toute remporté beaucoup de succès auprès de la population.

Sous un soleil de plomb, une foule nombreuse s'est rassemblée sur le site du Festival des traditions du monde hier, pour une dernière journée d'immersion culturelle. Un nombre impressionnant de visiteurs se trouvaient sous les chapiteaux, recherchant l'ombre alors que d'autres se prélassaient au soleil tout en profitant des derniers spectacles en plein air au coeur de la place du festival. D'autres encore s'abreuvaient et se nourrissaient aux kiosques des dix-sept pays représentés, dégustant ainsi pour une énième fois les saveurs du monde.« On est très, très satisfaits », commente Shah Ismatullah Habibi, président du conseil d'administration. « On a atteint notre objectif, celui de satisfaire les visiteurs, celui de donner aux festivaliers une programmation de qualité avec des artistes de qualité », poursuit-il.

Les commentaires entendus sont eux aussi positifs, car même si l'entrée était payante cette année, les festivaliers se disaient satisfaits. « Les gens étaient très impressionnés par les artistes, et les artistes en retour étaient agréablement surpris par l'événement. Ils ont découvert Sherbrooke, et ils deviennent eux aussi des ambassadeurs du festival et de notre ville », raconte Malika Bajjaje, directrice générale du comité organisateur. « Les gens nous disent qu'il est vrai qu'on vit une immersion au festival, que tous les sens se mélangent sur le site », continue-t-elle.

« On a aussi découvert que la tarification n'était pas un frein, les gens trouvent même que c'est un coût minime par rapport à ce qu'on présente sur le site », se réjouit Malika Bajjaje, alors qu'elle avait promis en début de semaine qu'elle ferait un retour sur ce grand changement.

« On n'a jamais appelé ça une tarification, c'est une participation des festivaliers, tout le monde participe pour la pérennité de l'événement », clarifie Mme Bajjaje. « L'essentiel, ce n'est pas de faire de surplus, c'est qu'on innove. Si on a les moyens pour innover, pourquoi augmenter? Le but ce n'est pas de faire de profit, c'est seulement pour avoir une marge de manoeuvre et offrir un festival de qualité pour les années suivantes. C'est un investissement dans l'événement comme tel », soutient Malika Bajjaje.

Quand le problème des stationnements boueux et glissants a été soulevé, la directrice générale s'est empressée de répondre que l'organisation parlerait rapidement avec la ville pour voir les possibilités d'aménagements qui pourraient faciliter la vie aux festivaliers. « Il suffit qu'il pleuve et le stationnement ne devient plus carrossable. C'est déjà prévu qu'on en parle, c'est inscrit dans notre bilan », souligne-t-elle, visiblement au courant de cette lacune.

Elle a aussi profité de l'occasion pour ajouter que le volet transport serait revu, en bonifiant entre autres le service de navette gratuite, indiquant par ailleurs que chaque année les organisateurs de l'événement essaient d'innover pour offrir aux festivaliers une programmation diversifiée qui se distingue d'une édition à l'autre. Ainsi, seule la programmation de 2016, une fois qu'elle sera publique, révélera les surprises que la dix-neuvième édition proposera.

« Encore une fois, les festivaliers ont témoigné leur amour au festival parce qu'ils sont venus en grand nombre », rappelle Louis-André Neault. « Oui leur amour et surtout, leur sentiment d'appartenance étaient là, c'est leur festival et ils savent qu'ils vont venir ici et qu'ils vont vivre une expérience agréable », complète la directrice générale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer