«Pas de culture du silence» au pavillon Argyll

Des agressions sexuelles au pavillon Argyll? «On est au courant que ce type de... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des agressions sexuelles au pavillon Argyll? «On est au courant que ce type de comportement peut se produire dans notre établissement. Plus de 85 pour cent de notre clientèle a des atteintes cognitives, de la démence, ce qui peut causer chez certains des inhibitions à caractère sexuel. En soins de longue durée, c'est une des choses qu'on doit gérer. Cela peut causer des situations difficiles, mais en aucun cas on baisse les bras. Ce sont des gestes absolument inacceptables et lorsqu'ils surviennent, l'équipe est appelée à établir et appliquer un plan d'intervention. Ce n'est pas toléré du tout», commente Suzanne Gosselin, médecin en soins de longue durée et directrice adjointe au CIUSS de l'Estrie-CHUS, qui inclut le pavillon Argyll.

«Ce sont des choses qui arrivent, mais la situation est toujours prise en charge. Il faut travailler pour protéger tout le monde», insiste-t-elle, précisant que si le plan d'intervention n'est pas efficace, il doit être amélioré jusqu'à ce que tout le monde se sente bien.

«Il n'existe pas de culture du silence ici, jamais de la vie. Les employés ont plusieurs recours s'ils observent de tels gestes. Et si le responsable de leur équipe n'agit pas convenablement, selon eux, ils peuvent s'adresser à leur syndicat, aux médecins traitants, au coordonnateur ou à un autre cadre directement», soutient la Dre Gosselin, questionnée à savoir s'il est possible que les familles ne soient pas toujours informées lorsque leur proche est victime d'attouchements sexuels.

Aussi, la Dre Gosselin indique qu'il ne faut pas tirer de conclusion hâtive sur les capacités des résidents à reconnaître le bien du mal. «Certains résidents ont des troubles cognitifs sans que ce ne soit apparent.»

 

«Les membres du personnel sont nos yeux sur le terrain et sont invités à faire connaître ce qu'ils observent», conclut la directrice adjointe au CIUSS de l'Estrie-CHUS.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer