Le parti Comme une eau Terre menacé de disparaître

Hubert Richard... (Archives La Tribune)

Agrandir

Hubert Richard

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Directeur général des élections (DGE) du Québec pourrait retirer son autorisation de parti politique au parti Comme une eau Terre, un des deux partis municipaux autorisés à Sherbrooke.

Dans un avis public publié entre autres sur le site du DGE, il est mentionné que le directeur se base sur l'article 404 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités en raison du motif suivant : «le défaut d'avoir en tout temps un nombre minimum de 100 membres possédant la qualité d'électeur et une carte de membre valide, le tout en contravention à l'article 399.2».

Les commentaires et arguments pouvant aller à l'encontre du retrait de l'autorisation peuvent être acheminés au DGE au plus tard le 24 août à 16 h 30.

«Les grands moyens»

Le chef du parti Comme une eau Terre Hubert Richard explique être à vérifier sa liste de membres. «Cette année, ils ont pris les grands moyens. Ils ont envoyé une lettre recommandée à nos 129 membres et il fallait qu'ils reçoivent une réponse positive», explique M. Richard.

Selon lui, certains membres ne sont tout simplement pas allés chercher leur lettre. «Moi j'ai tout de suite répondu, mais selon le DGE, nous n'aurions maintenant que 59 membres actifs. Nous avons donc lancé une campagne de recrutement. Nous étions en réflexion à savoir si nous devions saborder le parti, pour laisser la place à d'autres, mais il n'est finalement pas question d'abandonner le parti. Si on nous retire notre autorisation, il faudra probablement réenclencher la procédure de création de parti. En ce moment, j'essaie de rejoindre les membres comme je peux. On va tout faire pour garder le parti en vie.»

Le porte-parole du DGE, Denis Dion, précise qu'une correspondance avec le parti précisera la date ultime à laquelle la liste des 100 membres actifs devra être produite. «Nous tentons d'y aller le plus large possible pour qu'il y ait toutes les chances de correspondance avec la loi. Il faut que chacune des personnes inscrites nous confirme par écrit qu'elle est membre du parti. Il ne suffit pas de confirmer au téléphone.»

Hubert Richard se lance par ailleurs dans la campagne électorale fédérale. Il confirmera aujourd'hui, lors d'un point de presse au Marché de la gare, qu'il se porte candidat dans Sherbrooke pour le parti Rhinocéros.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer