Tour du monde en construction

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Même si le Festival des traditions du monde (FTMS) se déroule sur cinq jours, les Sherbrookois sont loin de se douter qu'il s'agit du résultat de près d'une année de travail acharné. À l'aube de la 18e édition de cet événement culturel, qui se tiendra de mercredi à dimanche, peu restait à faire sur le site du festival hier.

« Il ne reste plus que quelques détails à régler pour le jardin du monde et les chapiteaux thématiques », a assuré en journée la directrice générale, Malika Bajjaje. Ainsi, les bénévoles ont travaillé tard en soirée afin de terminer les préparatifs. Ils se sont affairés à installer les accessoires comme les tables, les lumières et les décorations afin que le festival prenne véritablement vie.

« La construction et les gros travaux sont terminés, tout est sous contrôle et tout sera prêt pour accueillir les visiteurs mercredi [demain] dès 17 h », a ajouté Mme Bajjaje.

Hier matin, les restaurateurs ont eux aussi commencé à installer leurs stands. « Plusieurs viennent mardi ou mercredi, mais certains préfèrent prendre de l'avance. Les restaurateurs y vont graduellement, selon leurs disponibilités et leurs préférences », explique la directrice générale.

Prévente de billets

Pour la première fois cette année, il faudra payer pour accéder au site du festival, au parc Quintal de l'arrondissement de Fleurimont. Il en coûtera 5 $ pour le laissez-passer journalier, ou 15 $ pour le passeport. Ce dernier était d'ailleurs en prévente à coûts moindres jusqu'au 9 août.

« Personnellement, je suis satisfaite (de la prévente) », a indiqué Malika Bajjaje.

« C'est très bien et très encourageant, toutefois on ne peut pas faire de comparaison. On parle de plusieurs centaines de billets, mais pas des milliers. On préfère ne pas avancer de chiffres avant la fin du festival. On ne croit pas que ce sera un frein (le coût d'entrée), mais on saura jusqu'à quel point après, lundi prochain. »

« On est confiants que ça va bien se passer à la billetterie, sur le site », a-t-elle aussi ajouté.

Un grand chantier

Un mois après le début du grand chantier des préparatifs, le directeur des opérations Jean-Charles Doyon promet pour sa part que les festivaliers oublieront que cette grande fête multiculturelle prend place... dans un stationnement.

« On commence par les fondations, les chapiteaux, et après on y va avec la suite, la végétation, les lumières... Les gens, en arrivant ici, oublient qu'ils sont dans un stationnement », lance-t-il.

« Tout, tout, tout a été planifié, tout a été daté, on ne se permet pas de travailler avec des données inconnues », précise l'homme, visiblement très fier du boulot accompli sur le site.

« Ce qui prend trois semaines à monter prend cinq jours à défaire. Les bénévoles qui nous ont aidés à monter tout ça et qui sont là aussi pour désinstaller sont toujours un peu déçus que ce soit déjà le temps de tout démonter », dépeint-il, en se disant qu'au moins l'événement revient chaque année et que c'est aussi ça qui fait la beauté du Festival des traditions du monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer