35 % plus cher pour les bureaux de comtés

Richard Dion poursuit l'aménagement de son local d'Élections... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Richard Dion poursuit l'aménagement de son local d'Élections Canada aux Promenades King.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Élections Canada a assoupli ses normes pour éviter de faire grimper du double les frais d'exploitation des bureaux de circonscription.

Dans Sherbrooke, le bureau local d'Élections Canada est ouvert depuis dimanche aux Promenades King. Le directeur du scrutin dans la circonscription, Richard Dion, souligne qu'il est tenu d'ouvrir ses portes dès les premières heures de la campagne fédérale puisque les électeurs peuvent se prévaloir de leur droit de vote dès maintenant en vertu des dispositions de la Loi électorale sur le vote par bulletin spécial.

Il en a été amplement question depuis le déclenchement, ces 78 jours de campagne coûteront cher aux contribuables et cette facture passe inévitablement par les frais d'exploitation des bureaux de comtés locaux qui comprennent les frais de location du loyer, de l'équipement informatique et de bureau, les salaires des employés ainsi que les frais de fonctionnement.

«C'est environ 35 % de plus en dépenses pour nous par rapport à l'élection précédente», rapporte M. Dion.

Un premier mois au ralenti

Pourtant, les élections sont deux fois plus longues que celles de 2011, ce qui aurait pu se traduire par une facture doublée pour les contribuables.

Or, Élections Canada opère son premier mois en mode estival. Les heures sont réduites de douze à sept par jour en semaine et les bureaux sont fermés la fin de semaine. De plus, trois personnes seulement sont en poste jusqu'au 8 septembre, date où un effectif régulier d'environ huit personnes sera sur place sept jours sur sept.

«C'est au retour de la fête du Travail que l'élection va vraiment commencer pour nous», explique M. Dion.

Cette réduction en effectifs et en heures d'ouverture permet à Élections Canada de limiter considérablement l'augmentation des dépenses.

«C'est beaucoup moins pire que ce que j'envisageais», note M. Dion, qui souligne travailler à cette élection depuis un an afin de trouver son local au meilleur prix.

Chaque circonscription dispose de budgets de fonctionnements distincts, les valeurs économiques variant considérablement d'un comté à l'autre. Pour un budget moyen de 400 000 $ par circonscription, une hausse de 35 % des coûts se traduira par des dépenses supplémentaires de 140 000 $ par rapport aux dernières élections, sauf si des économies substantielles sont réalisées dans les frais fixes comme la location des bureaux.

Élections Canada estimait avant dimanche un coût total de 375 M$ pour la campagne 2015, une hausse de 29 % par rapport à celle de 2011. On indique toutefois que les coûts vont s'accroître en raison de la longueur de la campagne.

afaille@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer