Écrasement au Mali : émouvantes funérailles pour Isabelle Prévost

Les parents d'Isabelle Prévost étaient entourés des amis... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Les parents d'Isabelle Prévost étaient entourés des amis et des proches de la défunte lors des funérailles à la basilique-cathédrale Saint-Michel, samedi.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrièle Roy
La Tribune

(Sherbrooke) «Comme on se quittait à l'aéroport, nous t'avons dit au revoir et à bientôt. Qui aurait pu penser qu'il fallait, à ce moment, te dire adieu?»

La lettre du conjoint d'Isabelle Prévost a ému petits et grands qui avaient déjà la larme à l'oeil, samedi, en cette journée de funérailles et d'hommage à la femme de 35 ans. Décédée il y a un an lors d'un écrasement d'avion au Mali, elle laisse derrière elle le plus bel héritage qui soit, ses trois jeunes enfants.

Dès 11h30, membres de la famille, amis et proches de la défunte se sont dirigés à l'intérieur de la Basilique-Cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke où la cérémonie a eu lieu. Sa soeur, son père ainsi que son mari ont pris quelques minutes pour se remémorer les bons moments passés avec elle.

«J'ai réfléchi aux voyages que ma soeur a faits et je pense que son plus beau voyage, c'est celui de la maternité», raconte sa soeur, qui dit avoir fait cette importante aventure en sa compagnie. Avec les yeux luisants, mais parlant avec conviction, elle s'est adressée aux trois enfants de sa soeur assis dans les premiers bancs.

«Antoine, on t'attendait avec impatience puisque ta mère avait déjà perdu un enfant», dit-elle. «Florence, tu fais les mêmes gaffes que ta mère, tu ris et tu parles comme elle. Quant à toi Jasmine ma coquine, le nombre de fois que ta mère m'a appelé parce que t'avais caché ses clefs et qu'elle était en train de s'énerver», dit-elle avec un sourire qui en disait long sur cette famille aux liens serrés.

Par la suite, son père a raconté, comme seul un papa peut le faire, les souvenirs qu'il gardera toujours en mémoire. «Elle était très studieuse et savait comment s'y prendre avec sa mère pour avoir des sorties sans interrogatoires», se remémore-t-il, très émotif, mais un brin humoristique.

«Je donnerais n'importe quoi pour revenir à cette journée du 15 juillet 2015. Sans le savoir, c'était la dernière journée que nous avons pu, les enfants et moi, profiter de ta présence sur terre», écrivait son mari dans la lettre qu'il a dédiée à Isabelle Prévost.

Les funérailles ont été suivies de l'inhumation au cimetière naturel de la Coopérative, plus tard en après-midi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer