Au tour de Lennoxville d'avoir ses murales

Serge Malenfant, président de MURIRS, David Price, président... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Serge Malenfant, président de MURIRS, David Price, président du conseil d'arrondissement de Lennoxville et Mario Grenier, directeur adjoint de Destination Sherbrooke, ont révélé que c'est Lennoxville qui affichera sur ses murs  dix murales.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrièle Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) «Sherbrooke, c'est un centre d'art à ciel ouvert.»

Cette déclaration du directeur adjoint de Destination Sherbrooke, Mario Grenier, est de plus en plus vraie. Après le succès du premier Symposium art mural Sherbrooke 2014, MURIRS et ses partenaires en lançaient hier la deuxième édition. Lors de celle-ci, dix nouvelles murales seront créées au Marché de la Gare du 21 au 23 août.

Ce symposium est consacré à l'arrondissement de Lennoxville, un secteur dont l'identité patrimoniale est riche en histoire et en culture. Le conseil de l'arrondissement abonde avec l'idée de créer les prochaines murales sous le thème de la communauté. «J'ai étudié les arts à l'Université Bishop's et ce qui m'a vraiment marqué, c'est à quel point la communauté de Lennoxville se mobilise pour tout», explique Serge Malenfant, président de MURIRS.

Le président du conseil de l'arrondissement de Lennoxville, David Price, ne cache pas sa fierté de recevoir ce legs dans son arrondissement. «En faisant des recherches pour trouver les endroits où mettre les murales, j'ai appris des choses que je ne connaissais même pas à propos de Lennoxville. Ça rend les choses encore plus intéressantes. Non seulement les visiteurs découvriront toute la valeur de notre arrondissement, mais nous aussi», dit M. Malenfant.

Ce sont trois artistes de la région, trois artistes d'ailleurs au Canada ainsi que trois artistes nationaux qui mettront leurs talents à l'oeuvre pour peindre ces murales. Qu'ils viennent de Sherbrooke ou de Russie, ils découvriront Lennoxville et sa communauté à travers leurs créations. «C'est une opportunité pour ces artistes de venir enrichir leur portfolio et ces artistes sont une opportunité pour Sherbrooke d'enrichir son portfolio», dit Serge Malenfant.

Des murales de 2,5 m (8 pieds) par 2,35 m (11 pieds) seront réalisées. «C'est un très gros défi qui demande beaucoup de préparation», explique l'artiste sherbrookoise Sandra Tremblay, qui sera en action lors de l'événement.

«Je n'ai jamais réalisé une si grande murale. C'est très stressant, je ne sais pas encore comment je vais y arriver», dit le Sherbrookois Kevin Lombarte Loncle, qui a étudié en illustration et bande dessinée en France.

La programmation du deuxième Symposium art mural Sherbrooke 2015 déborde d'activités de création de toutes sortes : sculpture, bodypainting, anamorphose, performances artistiques, exposition d'artistes et d'artisans locaux et régionaux, ainsi que jeux et ateliers de création pour toute la famille. Les visiteurs seront également invités à voter pour leur murale «coup de coeur».

«On ne se gêne pas de dire qu'on est le seul circuit architectural trompe-l'oeil en Amérique», rappelle fièrement M. Malenfant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer