La Légion royale ferme ses portes

La Légion royale canadienne à Sherbrooke ferme ses portes. Même si elle compte... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Légion royale canadienne à Sherbrooke ferme ses portes. Même si elle compte encore une centaine de membres, il n'y a plus suffisamment de participation pour assurer la relève de l'organisation.

«La rentabilité n'est pas au rendez-vous en considérant le coût du loyer, les autres dépenses et les revenus générés par le peu d'affluence aux activités», explique Lorraine Lépitre, secrétaire de la Légion.

La Charte demeure cependant en vigueur, si bien que la Légion sherbrookoise continuera de participer à certaines activités importantes, comme le Jour du Souvenir par exemple. Elle assurera aussi la vente des coquelicots à l'automne et les revenus de cette vente serviront à aider les vétérans et d'autres organismes de la communauté.

Rappelons que la Légion royale canadienne, créée en 1926, consiste à soutenir les familles et les vétérans - y compris les membres des Forces canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada - en service actif. Au Canada, l'organisme compte 300 000 membres.

Qu'est-ce qui explique que l'organisme ait ainsi perdu sa popularité au point de devoir fermer ses portes?

«Les vétérans de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre de Corée sont rendus trop âgés pour participer aux activités. Les militaires plus jeunes, qui ont participé aux guerres en Bosnie et en Afghanistan, sont souvent encore des militaires actifs et ils ont du soutien dans leur groupe. Ils sont aussi membres de la NATO-OTAN et ne semblent pas vraiment à l'aise de venir faire des activités chez nous, sauf lors des grands événements», ajoute Lorraine Lépitre.

Un autre groupe de vétérans existe aussi dans l'arrondissement de Lennoxville, celui de Army Navy Air Force Veterans et leurs activités remportent encore du succès auprès de leurs membres.

Il s'agit toutefois d'une organisation totalement différente de la Légion royale canadienne, bien que leur mission première soit aussi d'aider les vétérans et les militaires encore actifs. «Les directions des deux organisations ne veulent pas d'un regroupement, car c'est très différent», ajoute Mme Lépitre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer