Le conseiller Rouleau exaspéré qu'un terrain ne soit pas remblayé

Le terrain situé au coin des rues Galt... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Le terrain situé au coin des rues Galt Ouest et Cherbourg devait être remblayé avant le 1er juillet par la compagnie Valero, qui en est propriétaire. Or, les travaux ne sont toujours pas faits déplore le conseiller municipal Jean-François Rouleau.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le conseiller du district de l'Université Jean-François Rouleau en a assez de l'inactivité sur le terrain de l'ancienne station-service Ultramar, au coin des rues Galt Ouest et Cherbourg. La compagnie Valero, propriétaire du terrain, devait en faire le remblai pour le 1er juillet. Le permis qui lui avait été délivré est maintenant échu.

« Nous avons dû mettre de la pression pour qu'Ultramar démolisse il y a deux ans. L'an dernier, ils ont commencé la décontamination. Elle a été terminée en janvier. Depuis, on se retrouve avec un immense cratère qui est dangereux », déplore M. Rouleau.

Selon le conseiller, la Ville avait délivré un permis de remblai en octobre et les travaux devaient être terminés pour avril. « Les propriétaires étaient en négociation avec un acheteur potentiel. Comme la vente devait se concrétiser avant juin, nous avons été compréhensifs. Mais en mai, nous avons fait part de nos inquiétudes pour la sécurité et les lieux ont été sécurisés, mais ils sont obligés de pomper l'eau régulièrement. »

Mais voilà, la vente n'a pas encore été conclue et le terrain n'a pas été remblayé. « J'ai clairement indiqué que mon seuil de tolérance était atteint. C'est décevant cette attitude d'un citoyen corporatif. Quand nous délivrerons un nouveau permis, nous devrons demander un échéancier détaillé. Si les négociations ne sont pas terminées, ils pourraient au moins remplir le trou de façon urgente pour rendre l'axe Galt Ouest plus convivial. Si rien n'est fait, nos services devront prendre les mesures légales appropriées. S'ils n'ont pas l'intention de le faire, qu'on nous laisse le terrain pour en faire un parc, comme je l'avais suggéré au départ. »

Jean-François Rouleau lance donc un appel aux propriétaires du terrain. « Les citoyens de ce quartier les ont fait vivre longtemps. Qu'ils soient respectueux. »

Un dénouement bientôt

Chez Valero, on rapporte être au courant de la situation et on mentionne qu'on travaille avec la Ville pour arriver à un dénouement incessamment. « Nous nous assurerons que les travaux soient faits rapidement », mentionne la porte-parole Julie Bisson.

À la Ville de Sherbrooke, on confirme que Valero en est aux dernières étapes d'une transaction et que le nouveau propriétaire procédera aux travaux. Selon les plus récentes informations, les travaux pourraient même être effectués avant la fin du mois de juillet.

Jean-François Rouleau déplore que les propriétaires ou promoteurs étirent les délais qui leur sont accordés pour réaliser des travaux. « Le comité consultatif d'urbanisme devrait étudier la possibilité de se donner des leviers pour intervenir. C'est dommage qu'on en soit rendu là pour faire bouger les grosses compagnies. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer