Les courses ont repris chez St-Élie Motorsports

St-Élie Motorsports a repris temporairement ses courses d'accélération... (Imacom, Maxim Picard)

Agrandir

St-Élie Motorsports a repris temporairement ses courses d'accélération hier soir en attendant le jugement de la Cour d'appel.

Imacom, Maxim Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Le complexe St-Élie Motorsports n'a pas perdu de temps avant de reprendre ses activités de courses d'accélération automobile.

Simon Homans... (Imacom, Maxim Picard) - image 1.0

Agrandir

Simon Homans

Imacom, Maxim Picard

Les moteurs vrombissaient déjà vendredi soir après que la Cour d'appel ait accepté d'entendre la cause du propriétaire du Complexe St-Élie Motorsports, Simon Homans, suspendant par le fait même le jugement rendu par la Cour supérieure en avril qui ordonnait l'arrêt de toute activité de course ou d'accélération de véhicules automobiles le long de la route 220.

« Je suis très satisfait. Rendu où on en était, on ne pouvait espérer mieux comme nouvelle », s'est réjoui M. Homans.

Résultat, les courses sont de nouveau permises, et ce, jusqu'à ce que le dossier se transporte devant la Cour d'appel. Aucune date d'audience n'a encore été fixée, mais la cause ne devrait pas être entendue avant encore quelques mois.

« Comme avant »

En moins de 24 h, l'organisation est parvenue à préparer la piste et à tout mettre en place pour reprendre là où ils avaient laissé l'été dernier. M. Homans explique d'ailleurs que les courses d'accélération renoueront avec leur horaire habituel, soit tous les vendredis de 19 h à 22 h.

« On continue de s'en occuper comme on le faisait auparavant », souligne-t-il. C'est donc dire qu'en plus des courses automobiles, les activités de motocross reprendront elles aussi comme le mercredi et les samedis en matinée.

Rappelons que la décision d'avril du juge François Tôth ordonnait aussi à Simon Homans de verser près de 94 000 $ aux plaignants qui souhaitaient mettre fin aux activités du site en raison du bruit excessif qui en sortait quand des véhicules s'y activaient. Un rassemblement en soutien à St-Élie Motorsports avait ensuite eu lieu en mai après que M. Homans eut manifesté son intention de faire appel du jugement.

Aucun membre du voisinage ayant fait pression n'était disponible pour commenter le dossier, mais M. Homans assure que tout est mis en place pour éviter les désagréments qui pourraient être causés par le bruit.

« On continue de demander aux gens qui viennent d'être prudents et calme pour le bruit et de faire attention au voisinage lorsqu'ils entrent et quittent le site, ça ne change pas », a-t-il mentionné. Il ajoute que les coureurs qui souhaitent participer doivent remplir certaines conditions comme celle d'avoir un silencieux réglementaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer