La Well reprend vie

Il y avait foule lors du spectacle gratuit... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Il y avait foule lors du spectacle gratuit du groupe Zebda sur  la rue Wellington, dans le cadre du Sherblues.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Ce n'est pas tous les soirs qu'un funambule se balade entre deux édifices au centre-ville de Sherbrooke.

Ce n'est pas tous les soirs qu'un funambule... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Ce n'est pas tous les soirs qu'un funambule se balade entre deux édifices au centre-ville de Sherbrooke.

Imacom, René Marquis

Ce n'est pas tous les soirs non plus que le coeur de la ville s'active comme ce fut le cas hier alors qu'avaient simultanément lieu le coup d'envoi de Cow-boys, de Willie à Dolly à la place Nikitotek et un spectacle gratuit du mythique groupe Zebda du côté sud de la rue Wellington, transformée en allée piétonnière dans le cadre du Sherblues.

« En terme de diversité, on est bien servi avec le Sherblues, les rythmes africains, la Fête du lac des Nations, les Cowboys... alors pourquoi aller à Montréal ou à Québec? » demande Jonathan Bolduc.

Il est vrai que l'ambiance festive qui régnait hier n'était pas sans rappeler celle des plus grandes villes de la province. D'ailleurs, la rue Wellington Sud se donnait les airs de la place des Festivals de Montréal.

« Je ne connais pas les contraintes de circulation, mais il me semble que la Wellington Sud est faite pour être une rue piétonnière, avance Karen Page. On le voit ce soir, la rue est fermée et il y a une super ambiance alors qu'à l'habitude ce n'est pas le cas. L'ambiance est représentative de Sherbrooke ce soir. »

Ce n'est pas tous les soirs qu'un funambule se... (Imacom, Julien Chamberland) - image 2.0

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

Représentative du potentiel de Sherbrooke, certes, mais aussi très animée pour un mercredi soir.

« C'est pareil comme si on était à Montréal, mais à Sherbrooke », notait M. Bolduc, venu profiter avec sa famille du passage de Zebda pour s'offrir un repas au restaurant avec vue sur les amuseurs publics présents en grand nombre devant la scène avant la prestation.

Il n'était visiblement pas le seul à avoir eu cette idée puisque plusieurs terrasses affichaient complet autant au nord qu'au sud de la rue Wellington.

LES RESTAURATEURS COMPTENT SUR CET ÉTÉ

Ce regain de vitalité du centre-ville soulagera certainement les restaurateurs qui comptent sur l'arrivée du beau temps pour rattraper le retard accumulé au cours des premiers mois d'une année 2015 difficile. Des événements rassembleurs comme le Sherblues et l'arrivée des cowboys sous une place Nikitotek revampée sont autant d'éléments d'espoir pour certains d'entre eux, notamment Stéphanie Maillard, propriétaire du restaurant Méchant Steak.

«On a déjà vu l'impact du spectacle Cowboys l'année dernière et on espère que ça va se poursuivre cet été, en plus Méchant Steak correspond au style », souligne-t-elle.

Si Mme Maillard s'attend à voir sa terrasse bien remplie au courant des prochaines semaines grâce au retour des cowboys, ce n'est pas le cas de Julien Bousquet de la taverne américaine O'Chevreuil.

« De ce que j'ai vu l'année dernière, ça ne m'a absolument rien rapporté, sinon un peu d'animation dans le centre-ville, raconte-t-il. On souhaite qu'il y ait un plus grand succès pour cette année. »

Ce n'est pas tous les soirs qu'un funambule se balade... (Imacom, René Marquis) - image 3.0

Agrandir

Imacom, René Marquis

Selon M. Bousquet, tout est une question de clientèle et celle qui se déplacera à la place Nikitotek cet été serait moins attirée par son menu que celle du Sherblues, par exemple.

« Les gens que ça a amenés l'an passé n'étaient pas nécessairement ceux qui avaient l'intérêt ou le budget pour ce que nous on propose ici », avance-t-il.

Tous désirent cependant voir l'événement connaître un meilleur succès que l'an dernier. Les bons résultats de la vente des billets, liés au nouveau toit de la place Nikitotek, nourrissent chez les restaurateurs l'espoir d'une hausse d'achalandage.

« C'est rassurant, si on fait simplement 10 % ou 20 % de plus dans une journée, on est bien content », mentionne le propriétaire du Snack sur Wellington Nord, Omar Hamron.

À voir maintenant si l'enthousiasme observée mercredi  se transformera en revenus supplémentaires pour les restaurateurs du centre-ville.

Le «ranch» Nikitotek bondé pour la première

De Willie à Dolly en passant par Jerry et Jo'Anne, les cowboys de Québec Issime ont bel et bien investi le « ranch »Nikitotek pour l'été.

C'était soir de première pour la nouvelle mouture du spectacle Cowboys, de Willie à Dolly mercredi soir dans une place Nikitotek bondée et abritée par un nouveau toit. Celui-ci a permis des ajustements scéniques importants sur le plan de l'éclairage notamment, mais n'a heureusement pas servi pour contrer les intempéries.

Le gratin estrien s'était déplacé pour apprécier le résultat et le moins que l'on puisse dire, c'est que le spectacle a impressionné. Même ceux pour qui les bottes et chapeaux de cowboys ne sont pas des accessoires de tous les jours y ont trouvé leur compte au final.

« Je ne suis pas très country, mais la mise en scène est incroyable, ça vaut la peine », relevait André Casas.

« Les comédiens sont bons et le spectacle a un bon rythme, ça n'arrête jamais », notait pour sa part sa soeur Genevie.

Le spectacle, construit autour d'une série de blocs musicaux thématiques, allant des cowboys du Québec aux chansons pour la route, se démarque par ses interprétations rythmées, même si pour certains, un doute s'était installé en début de spectacle.

« Ça a commencé tranquillement, mais quand c'est parti, l'atmosphère était là », soulignait Pierre Boisvert.

Celui-ci n'a pas manqué de noter que l'interaction avec la salle était excellente, particulièrement lors de l'interprétation des refrains plus connus comme ceux de Johnny Cash ou de Willie Lamothe.

« Tu ne peux pas ne pas aimer des chansons qui sont jouées dans ce spectacle, tout est bon », résumait-il.

Un commentaire récupéré unanimement : difficile de retenir son pied de tapoter aux rythmes des succès country.

HOMMAGE À JO'ANNE

Même les juges les plus difficiles ont apprécié le spectacle. Jo'Anne, du célèbre duo de la région Jerry et Jo'Anne, était dans la salle et n'a pas manqué de souligner le talent des interprètes.

« Du country, quand c'est bien chanter, c'est tellement beau », a-t-elle mentionné peu de temps après que l'un de ses succès, On est fait l'un pour l'autre, ait été chanté.

La chanson se voulait un hommage à ce duo qui a marqué le country au Québec. Le medley a d'ailleurs été interrompu aux dernières notes du refrain dans le but de remettre à Jo'Anne une gerbe de fleurs, une pause marquée par un long applaudissement émouvant de la foule.

« Jerry et Jo'Anne, on a travaillé 25 ans là-dedans et on a tellement travaillé fort pour faire aimer le country au Québec », mentionnait la principale intéressée.

Et du travail, elle en a vu beaucoup derrière Cowboys, de Willie à Dolly.

Zebda anime la danse

Spectacle de musique, highline, amuseurs publics, échassiers, monocycles... les Sherbrookois ne savaient plus où donner de la tête.

Petits et grands ont eu droit à une soirée mémorable, mercredi, dans le cadre du Sherblues & Folk. En plus des nombreuses animations de rue et des expositions artisanales, le groupe français Zebda a animé tout le centre-ville de Sherbrooke.

Leur recette secrète? Accents toniques, ballades nostalgiques, funk, le tout sur des petits pas de danse. Il n'y a pas à dire, le centre-ville sonnait blues hier!

« Ce soir, on est venu ici pour se rappeler notre jeunesse », s'amuse Léonie James, de Sherbrooke. Accompagnée de son mari, elle assistait pour la première fois à un spectacle extérieur sur la rue Wellington Sud et ils en ont eu plein la vue et les oreilles.

Les restaurants étaient pleins et les terrasses devenaient en quelque sorte des extensions de la scène principale animée par le groupe français. Juste en haut des centaines de personnes présentes, on pouvait observer les cascadeurs sur la highline, cette sangle élastique sur laquelle ils marchaient et faisaient quelques acrobaties.

AMBIANCE FAMILIALE

Certains sont venus se rappeler des souvenirs, d'autres sont venus en créer avec leur jeune famille. « Vous êtes venus ici pourquoi ce soir? » lance Sylvain Gendron à ses deux enfants. « On est venu voir Zebda! » s'empresse de crier le jeune Thomas, du haut des épaules de son père. Sa soeur Rosalie, qui observait attentivement la highline, était du même avis. « Tout pour danser, tout pour s'amuser », dit M. Gendron.

Le grand succès de Zebda Tomber la chemiseétait très attendu.« On est ici pour danser! », dit le jeune Sherbrookois de 10 ans Edouard Lawler. « Moi j'attends la chanson Tomber la chemise et s'ils ne la chantent pas, ça va aller mal », dit-il en rigolant.

Dansant les mains hautes dans les airs, les Sherbrookois n'ont pas été déçus. « Je suis agréablement surprise », dit une artisane qui tenait un stand d'exposition de laine feutrée « C'est très difficile de rester derrière ma table. »

« J'avoue que les funambules en mettent plein la vue et je trouve que c'est vraiment une belle initiative », ajoute-t-elle.

Le Sherblues & Folk se poursuit jusqu'à dimanche. Tous les spectacles sont gratuits. Toutefois, en se procurant le passeport à 20 $, les gens obtiennent plusieurs cadeaux : bière gratuite, 2 pour 1 sur le prix d'entrée à la Maison du cinéma, une entrée gratuite au Musée de la nature et des sciences de la rue Frontenac, une participation aux tirages de trois grands prix, etc.

Pour plus d'info.: www.sherblues.ca.

- Avec Gabrièle Roy

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer