La production de marijuana permise près du CHUS

La production de marijuana à des fins médicinales sera autorisée dans le pôle... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La production de marijuana à des fins médicinales sera autorisée dans le pôle scientifique à proximité du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, dans le secteur Fleurimont. Les élus municipaux ont accepté un amendement relatif aux usages conditionnels dans l'ancien territoire de Fleurimont pour le permettre dans une zone circonscrite.

Vincent Boutin... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Vincent Boutin

Archives La Tribune

«C'est une demande de Sherbrooke Innopole que nous avons eue pour ajouter dans le pôle scientifique près du CHUS la vocation production de marijuana à des fins thérapeutiques. Avec la nouvelle législation fédérale, il faut s'adapter et ça sera dans un seul endroit dans la Ville de Sherbrooke. Pourquoi c'est intéressant de le mettre dans ce secteur-là : il y a déjà un volet de recherche et on est dans un secteur isolé. On ne voulait pas mettre ça en plein coeur du centre-ville. En matière de gestion, ce sera plus facile pour la sécurité», explique le conseiller du district des Quatre-Saisons, Vincent Boutin.

«Les consommateurs n'ont pas accès aux installations de production. Les producteurs sont assujettis à la réglementation d'urbanisme de la Ville de Sherbrooke.»


Le règlement sur la marijuana à des fins médicinales est entré en vigueur en 2013 et il apporte des changements sur les modalités d'accès, de production et de distribution de marijuana. La conseillère Nicole Bergeron mentionne que si la production n'avait pas été autorisée dans un secteur précis, «ç'aurait été autorisé partout, alors que ça semble l'endroit tout indiqué pour le faire».

Selon le sommaire décisionnel déposé au conseil municipal, la production sera effectuée par des entreprises privées autorisées par Santé Canada à la suite d'un processus d'examen auquel participent le Service de police de Sherbrooke (SPS) et le Service de protection contre les incendies (SPCIS). «La livraison des produits finis aux personnes détenant une attestation d'un professionnel de la santé s'effectue par courrier. Les consommateurs n'ont pas accès aux installations de production. Les producteurs sont assujettis à la réglementation d'urbanisme de la Ville de Sherbrooke.»

Les conditions relatives à l'implantation d'un bâtiment, à l'affichage, aux bâtiments accessoires et à l'architecture sont prévues.

À Sherbrooke Innopole, la directrice des communications Marie-Eve Poliquin confirme qu'un projet pour la production de marijuana à des fins médicinales a été soumis pour une implantation potentielle à Sherbrooke, mais qu'il n'est pas «abouti». «Nous avons voulu être proactifs. Nous avons eu des rencontres avec le SPS et le SPCIS parce qu'il y a des particularités en matière de sécurité et de voisinage. On s'est dit qu'il fallait bien baliser les projets. C'est vraiment préventif.»

Le pôle scientifique répond à tous les critères puisqu'il est isolé et qu'il est situé à proximité de l'hôpital. «Si une entreprise est homologuée, nous serons prêts à l'accueillir. Un projet a été proposé, mais ça ne veut pas dire qu'il se réalisera. Sinon, nous ne sommes pas au stade de faire des démarches. Il reste que nous ne refuserons pas un projet qui répond à l'ensemble des critères. Nous préférons user de prudence.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer