La Ville n'aura pas de subvention pour le centre communautaire de Brompton

Nicole Bergeron... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Nicole Bergeron

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke ne bénéficiera pas d'une subvention provinciale pour la construction du centre communautaire de Brompton et devra assumer l'entièreté des travaux. L'installation verra bel et bien le jour grâce à des investissements de 2,7 MS en dépit du refus de la subvention de 675 000 $ espérée du programme d'infrastructures Québec-Municipalités.

Nicole Bergeron s'était assurée que le centre communautaire se concrétiserait, subvention ou pas. « Quand il en avait été question lors de la préparation budgétaire de 2015, ce qui avait été convenu, parce qu'il n'y a jamais de garantie que nous recevrons une subvention, c'était de demander qu'on aille de l'avant avec l'entièreté du projet en 2015 malgré tout. J'étais un peu surprise de constater que dans le budget, nous avions prévu la part d'un tiers alors que nous aurions pu budgéter tout le projet. C'est pour ça que nous sommes revenus en demande supplémentaire. »

Pour le maire Bernard Sévigny, il n'était pas question de reculer. « Il faut saisir l'engagement du conseil municipal envers la communauté de Brompton. Nous pensions obtenir 25 % dans le cadre du programme d'infrastructures Québec-Municipalité. Le conseil a décidé d'ajouter 675 000 $, ce qui n'est pas rien, pour compléter le financement et aller en appel d'offres rapidement. »

D'où provient cet argent? « Ça ira sur la dette de la Ville. Est-ce qu'on pouvait décider de ne pas réaliser ce projet-là? Au départ, on ne pouvait pas prendre la chance de ne pas demander des fonds. C'est la raison pour laquelle il y a eu des délais. Mais le besoin est assez évident. »

Ledit centre communautaire sera dans les actuels bureaux de l'arrondissement au 133 rue Laval. Les travaux commenceront en décembre et l'inauguration est prévue en 2016. Il accueillera la maison des jeunes, une cuisine-école et plusieurs organismes socioculturels et communautaires.

« Dans ce dossier-là, c'est bien évident, je trouve qu'on a trop attendu, ajoute Nicole Bergeron. Ce dossier aurait dû être réglé avant, mais dans l'état actuel des choses, de façon réaliste, nous pourrons l'inaugurer en 2016. J'espère que ça entrera dans cet horizon. Quand tu construis dans du vieux, parce que la coquille existe, mais qu'on doit tout refaire, ça fait en sorte qu'il faut se reloger. Ça, en soi, c'est un casse-tête, mais nous avons des options pour y arriver. Nos services sont à pied d'oeuvre pour voir comment les activités qui se déroulaient au bureau d'arrondissement pourront continuer. J'espère qu'il n'y aura pas de retard ou de report indu. Ce dossier a assez traîné. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer