Une pétition pour la sécurité près de l'école des Aventuriers

Anne-Marie Gilbert et son père Yvon ont déposé... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Anne-Marie Gilbert et son père Yvon ont déposé une pétition au conseil municipal pour assurer la sécurité des enfants qui marcheront pour aller à l'école des Aventuriers, dans le secteur Saint-Élie.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Des citoyens du district de Saint-Élie s'inquiètent pour la sécurité des enfants qui marcheront pour atteindre la nouvelle école des Aventuriers, qui ouvrira ses portes cet automne. Ils ont déposé une pétition de plus de 200 noms, hier au conseil municipal, pour réclamer plus de sécurité.

Anne-Marie Gilbert réside rue Boisvert, où le flot automobile circule à grande vitesse selon elle. Ses inquiétudes n'ont pas été calmées malgré une rencontre planifiée le 9 juin, rencontre à laquelle des intervenants de la Ville et de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke prenaient part.

« À la suite de la rencontre du 9 juin, nous avons décidé de ne pas attendre septembre. La rue Boisvert est très passante et ça va généralement assez vite. C'est une des artères principales dans le quartier. Il y aura 300 enfants marcheurs. Oui il y aura des trottoirs, mais ça n'entraîne pas une diminution de vitesse. Plusieurs parents ont demandé l'ajout de dos d'ânes et de panneaux d'arrêt, mais tout ce qu'on nous dit, c'est que ce sera à l'étude. On se demandait s'il y aurait des traverses de piétons. Plusieurs parents sont préoccupés par cette réalité. »

Mme Gilbert acquiesce à la demande de la direction de l'école, qui souhaite voir les enfants marcher. « Ils ne souhaitent pas que les parents se rendent en voiture pour aller porter les enfants et c'est très normal. Ils veulent que les enfants marchent, mais peut-on mettre les mesures de sécurité adéquates? Il y a sur la rue Boisvert, mais aussi le boulevard Circé. Le fait que les enfants doivent marcher sera une nouvelle réalité. Ce sera nouveau pour les automobilistes. Nous demandions des dos d'âne avant même la venue de l'école. »

L'ajout d'une limite de vitesse à 30 km/h sur la rue Boisvert est aussi demandée, même si la norme provinciale ne le permet pas à cet endroit.

« Il y aura des corridors scolaires, des trottoirs sont prévus sur la rue Boisvert, il y aura des feux de circulation en face de l'école, alors beaucoup de choses seront mises en place, fait valoir le conseiller Julien Lachance. Les aménagements seront prêts pour la rentrée. Il y a certains éléments d'évaluation, comme pour les dos d'âne, pour lesquels nos services veulent attendre de voir l'effet de l'école sur la circulation pour voir s'il y a lieu d'aller de l'avant. Il y a une ouverture d'esprit. »

La présidente du conseil d'établissement de l'école des Aventuriers, Sandra Inkel, ne partage pas l'inquiétude des parents. « Les gens doivent se laisser le temps. Les travaux ne sont pas terminés. La Ville amène la sécurité le plus loin qu'elle le peut. » Un brigadier devrait d'ailleurs assurer la sécurité des enfants devant l'école à la hauteur du boulevard Circé.

La commissaire Christelle Lefèvre mentionne quant à elle que la police de quartier sera présente lors de la rentrée. « Il y aura peut-être des comportements d'enfants que nous n'aurons pas prévus, alors il faudra s'adapter. J'ai l'habitude d'être assez critique, mais je pense que tout a été fait pour assurer la sécurité des enfants. »

La conseillère Diane Délisle a mentionné qu'il était particulier que la Commission scolaire construise une école sur le chemin de Saint-Élie et que la Ville doive ensuite gérer le coût des infrastructures de sécurité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer