La Ville espère obtenir une subvention pour transformer trois terrains de soccer

La Ville avait appuyé l'installation de terrains synthétiques... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

La Ville avait appuyé l'installation de terrains synthétiques au Triolet et aux écoles du Phare et Montcalm en 2011, mais le projet n'avait pas vu le jour parce que les enveloppes du ministère n'avaient pas été distribuées.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke a déposé un projet conjoint pour la transformation de trois terrains de soccer scolaires naturels en terrains de soccer synthétiques, un projet qui nécessiterait un investissement de 900 000 $ dans une première phase.

Le projet consiste d'abord à transformer les terrains des écoles Montcalm et du Phare, pour 3,6 M$, et ensuite celui de l'école Le Ber pour 1,6 M$ dans une deuxième phase.

La Ville et la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), qui injecteraient chacun 25 % du montant nécessaire, déposent une demande d'assistance financière conjointe au ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre du programme de soutien aux installations sportives et récréatives. L'enveloppe pour l'ensemble de la province totalise 50 M$.

« Ces terrains nous permettraient une plus grande flexibilité parce que nous pouvons remettre plus de matchs sur ces terrains synthétiques. En étant partenaires à 50 % avec la CSRS, nous pourrions établir un partenariat pour un partage à parts égales des heures de jeu les plus demandées », a commenté le président du comité du sport et du loisir Vincent Boutin.

M. Boutin voit des avantages à la conversion de terrains naturels en terrains synthétiques considérant que les terrains naturels ne peuvent supporter qu'entre 15 et 20 heures de jeu chaque semaine. « Dépenser 450 000 $ pour un terrain synthétique, dont la durée de vie est de 10 à 15 ans est raisonnable puisqu'il coûte 300 000 $ pour aménager un terrain naturel. »

Le projet pourrait voir le jour dès l'an prochain. « Nous sommes tributaires du moment où les sommes seront disponibles. Il serait illusoire de penser que nous les aurons en 2015. Il y a une quantité suffisante de terrains à la ville, mais il faut nous assurer que nous avons accès à tous ces terrains », indique Ingrid Dubuc, chef de la division sports et événements à la Ville de Sherbrooke.

Par ailleurs, la Ville considère la construction du boulevard René-Lévesque comme une occasion potentielle pour ajouter trois terrains de soccer. La reconstruction de la caserne de pompiers de Rock Forest fournirait aussi une occasion d'ajouter des terrains en aménageant une nouvelle entrée au parc Central. Il est toutefois trop tôt pour savoir si ces terrains seraient de composition synthétique. « C'est dans les cartons. Ça fait partie des réflexions, mais je ne peux pas dire que ça se réalisera », indique le conseiller Marc Denault.

Enfin, le Séminaire de Sherbrooke a aussi obtenu l'appui de la Ville pour une demande de fonds dans le cadre du même programme. Aucune contribution de la Ville n'est demandée. Le projet de surface synthétique avait été évalué à 4,3 M$ en 2012.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer